Agevillage
  >   Actualités  >     >   Monalisa : un rapport contr...

Monalisa : un rapport contre l'isolement social des jeunes et moins jeunes

Un rapport des Petits Frères des Pauvres


Partager :

Rapport monalisaLe rapport MONALISA (Préconisation pour une Mobilisation Nationale contre l'ISolement social des Agés),a été remis vendredi 12 juillet par Jean-François Serres, Secrétaire Général des petits frères des Pauvres et animateur du groupe de travail MONALISA, à Michèle Delaunay, Ministre déléguée en charge des Personnes âgées et de l'Autonomie.

En 2013, un Français sur quatre de plus de 18 ans se trouve exposé, en cas de rupture, à l’isolement social. 5 millions de personnes de plus de 18 ans sont effectivement seules, soit 12 % des personnes, plaçant la France parmi les trois pays d’Europe les plus touchés par l’isolement relationnel.

Pour tenter de remédier à cette situation, Jean-François Serres, Secrétaire Général des petits frères des Pauvres et animateur du groupe de travail MONALISA, a remis vendredi 12 juillet, le rapport MONALISA (Préconisation pour une Mobilisation Nationale contre l'ISolement social des Agés), Michèle Delaunay, Ministre déléguée en charge des Personnes âgées et de l'Autonomie.
 
Les préconisations du rapport se situent à trois niveaux
• Au niveau local : promouvoir les « équipes citoyennes » qui agissent au plus près des personnes isolées, en animant un réseau, en suscitant la création de nouvelles équipes et en leur apportant des soutiens.
• Au niveau départemental : s’organiser pour agir jusque dans les « zones blanches » (les lieux dépourvus de toute action) et auprès de publics sensibles en animant la coopération entre les différentes parties prenantes. 
• Au niveau national : promouvoir une « Charte MONALISA » pour favoriser les initiatives et sécuriser les partenariats. Créer une association MONALISA et un comité national au printemps 2014 pour animer la mobilisation dans la durée. 
 
MONALISA a pour objectif de mobiliser des associations, des collectivités territoriales, des caisses de retraites primaires et complémentaires, des mutuelles, la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie...Ces institutions auront des rôles diversifiés (opérateurs d’équipes, diagnostic, repérage, évaluation, animation des coopérations...), à commencer par le financement de l’association MONALISA, dont les besoins sont évalués entre 1,5 et 2 millions d’euros par an.

Des financements ont déjà été demandés auprès de la CNSA et de la direction générale de l’offre de soins. Des discussions sont en cours avec les caisses de retraite.

MONALISA a pour vocation de s’inscrire dans la loi d’adaptation de la société au vieillissement, prévue à la fin de l’année mais aussi dans les schémas de prévention des agences régionales de santé et dans les missions des comités départementaux des retraités et des personnes âgées (CODERPA).
 


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

ADERALD

18/07/2013 16:07

PARLONS-EN !!!!!!!!


j'habite depuis 50 ans un village de 400 habitants, tout le monde me connait ou presque....Depuis quatre ans, tout en travaillant, je vis avec mon parent GIR I, qui avait beaucoup d'amis quand il marchait. Depuis 4 ans pas une visite des villageois, juste le colis de Noël et encore vite fait déposé, au pas de course pas le temps de discuter ; pas de dame patronnesse, pas de bénévole pour changer les livres de bibliothèque pendant les heures d'ouverture : heures de bureau, il faut payer une auxiliaire de vie pour bénéficier du service. Alors selon les régions le mot solidarité ne doit pas avoir le même sens. Sans compter que l'isolement n'est pas que pour l'aidé, mais aussi pour l'aidant. Je ne suis plus disponible, pour les sorties, les conversations téléphoniques alors en quatre ans, la famille, les amis,s'éloignent, s'éloignent...Je ne peux pas leur en vouloir, je n'ai pas de temps à leur consacrer, alors petit à petit s'est l'isolement. Mon parent n'a besoin de personne puisque je suis là et las las !!!!!!!!



ik

16/07/2013 07:07

Nous faisons déjà!!!!!!!


notre association créée en collaboration avec les petits frères des pauvres (1997) ENTR'AIDANTS (62110) continue à fonctionner qu'avec des bénévoles ! certes parfois difficile mais tant de bonheur d'aider les autres ne saurait nous faire faiblir .....




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -