Agevillage
  >   Actualités  >     >   Edito - Aidants : sortez du...

Edito - Aidants : sortez du bois


Partager :

Annie de VivieLe 6 octobre prochain, le ministère chargé des personnes âgées et de l'autonomie va mettre en avant les initiatives d'aide aux aidants familiaux.
Agevillage s'associe à cette démarche en ouvrant une page internet pour recenser les initiatives nationales et locales et en participant à l'évènement programmé Place de la République à Paris ce dimanche 6 octobre.

Faire connaître les initiatives destinées aux aidants familiaux, c'est déjà aider ces personnes à s'identifier comme aidant, d'un conjoint, d'un parent, d'un enfant, d'un proche, d'un voisin.

On ne s'identifie pas forcément comme "aidant" quand on vient naturellement en aide à un proche, âgé, malade ou fragilisé.

Cette aide peut évoluer dans le temps et devenir de plus en plus prégnante au quotidien. Les salariés "aidants"  doivent parfois s'absenter, organiser "à distance" ce qui génère du stress et les handicape parfois. (voir l'étude de la Ligue des droits de l'homme avec la Macif déjà mobilisée via les 1ers Etats généraux aidants/aidés).

D'où le besoin de structuration de l'information locale qu’apportent de nombreux sites Internet comme Agevillage.com ou le nouveau "Génération Proches" lancé par le laboratoire Novartis (Proximologie).

On peut aussi venir en aide à un voisin. Ce type de bénévolat se multiplie même s'il prend des formes légères et sporadiques. Cette aide a alors besoin de soutien, de cadre. Seul, on peut même craindre de s’engager auprès d'une personne qui risque de se fragiliser,. Mais, en équipes "citoyennes", là l'aide peut s'envisager (voir l'interview de Jean-François Serres des petits frères des Pauvres porteurs du programme Monalisa : mobilisation contre l'isolement des personnes âgées).

On peut être aidant à tout âge : enfant, adolescent, adulte, retraité. Chaque situation apporte ses moments fabuleux (échanges, réconforts mutuels, sentiment d'utilité) mais aussi ses moments plus lourds, pesants, contraignants (on parle du "fardeau" des aidants). Des associations commencent à les fédérer, à les représenter comme l'association française des AIDANTS qui lance une enquête. Il va s'agir de faire remonter les attentes et les besoins car les aidants ne sont pas omnipotents et ils ne souhaitent pas que tout repose sur eux.

Aidants, sortez, sortons du bois !


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

timite

11/09/2013 22:09

Aidante et AVS


Merci Nadette et Catelyne pour votre réaction. Je suis aidante familiale et ai le DEAVS,je suis en contrat aidé comme agent de bio-nettoyage hospitalier: parfois je ne sais plus qui je suis. Je vis avec mon conjoint qui travaille la nuit et nous avons une fille de 16 ans au lycée. Je me sens morcelée et inconsistante, écartelée entre mon rôle de mère, d'épouse, d'aidante familiale et d'employée précaire au sein d'un EHPAD...



Nadette

11/09/2013 12:09

Parmi les loups...


Parmi les loups dont parle Catelyne, il y a ces structures d'aide à domicile (entreprise ou association, celles dont l'objectif est plus de gagner de l'argent pour faire tourner l'entreprise que la qualité réelle des services rendus et la prise en compte du bien-être et de la sécurité des personnes aidées à domicile. Dans le fonctionnement des structures sociales et médico-sociales et dans la formation des Auxiliaires de vie sociale et des AMP, la loi 2002-2 prévoit la mise en place des projets individualisés, même à domicile. Qui s'en soucie ? Qui contrôle la qualité des prestations ? "On ne travaille pas avec les familles" m'a répondu un responsable d'association à qui je faisais part des difficultés nouvelles apparues nécessitant une réévaluation du plan d'aide. " Oui, on sait, la concierge abuse de la vieille dame, mais elle nous rapporte des clients"! Contrôler ces structures qui vendent des services comme les commerces vendent des produits ? Pourquoi pas, finalement,puisque les personnes qui interviennent au domicile (dont les Auxiliaires de vie sociale) sont plus vues comme des "machines" que comme des travailleurs sociaux,quand une entreprise propose ceci : " 2 heures d'intervention pour le prix d'une !" Comme les carottes, 2 Kg pour le prix d'un !



Catelyne

10/09/2013 14:09

Et si tous les aidants


Bonjour, Merci pour cet édito, son titre accrocheur et l'investissement d'agevillage dans la journée nationale des aidants du 6 octobre prochain. OUI, "les Aidants doivent sortir du bois", mais pour cela ils doivent "braver" la horde des "loups "( santé, isolement, parcours de la combattante dans les dédales administratifs et médicaux, problèmes financiers, etc...) qui les guette à l'orée du bois. Pour cela faudrait-il qu'ils soient "écoutés" et surtout "ENTENDUS" en tant que "personnes citoyennes" et pas seulement en tant êtres vulnérables et sous le poids de culpabilités réelles ou "prêtées". Certains font entendre leur voix sur certains sites et forums. Sont-ils pour autant entendus ? La REALITE de leur quotidien est-elle vraiment pris en compte, non dans "IDEAL" mais bel est bien POUR CE QU'ELLE EST au jour d'aujourd'hui il est vrai que si les 8 à 10 millions d'aidants (accompagnants des personnes jeunes ou moins jeunes de toutes maladies et handicaps confondus) unissaient leur "force et leur courage" pour sûr un certain nombre de "loups" seraient vaincus et les aidants sans doute davantage "ENTENDUS". Ce serait alors du GAGNANT, GAGNANT tant pour les aidants que pour les personnes qu'ils accompagnent!!!!




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -