Agevillage
  >   Actualités  >     >   La douleur des personnes âg...

La douleur des personnes âgées reçoit-elle toute la considération qu'elle mérite aux urgences hospitalières ?

A quand une étude similaire en France ?


Partager :

Des chercheurs canadiens ont mené une enquête sur les patients qui se présentent aux urgences en faisant état de douleurs physiques. Leurs résultats amènent à poser la question d’une éventuelle discrimination par l’âge. 
 
L'étude des chercheurs canadiens a été menée cinq ans durant, de mars 2008 à décembre 2012. Elle a porté sur les patients qui faisaient état de douleurs modérées à fortes cotées au-dessus de 4 sur une échelle de 0 à 10. 
 
Le travail des chercheurs visait à comparer le traitement reçu par les patients adultes de plus de 18 ans et celui reçu par ceux qui avaient plus de 65 ans.
 
Au total, les cas de 34 213 patients présentant une douleur de niveau 7,6 ont été pris en considération. Il apparait que des médicaments anti douleur ont été administrés à 20 486 patients dans un temps médian de 2,3 heures. Toutefois, le temps médian était de 3,2 heures pour les patients les plus âgés contre 2,1 heures pour les patients âgés de moins de 65 ans.
 
Les 65 ans et plus ont attendu 12 minutes de plus pour être évalués par un médecin, 20 minutes de plus pour la prescription analgésique et 35 minutes de plus pour l'administration du médicament.

Cette étude fait écho à celle de Cinar (Cinar et al, 2012) aux USA qui concluait à une temps d'attente supérieur de 10 minutes pour l'obtention de la dose initiale d'analgésique chez les patients âgés.
 
Comme le remarque le Dr Bernard Pradines, collaborateur occasionnel d’agevillage « un délai supérieur à 2 heures entre l'admission et l'administration d’analgésique semble déjà long. Car il faut compter aussi avec le délai d'action de ces substances. Que penser alors de 3,2 heures ? Certes, la méthodologie peut toujours être critiquée. Mais à propos d'un échantillon de 34 213 patients, comment ne pas s'interroger ? 

Par ces temps d'évaluation tous azimuts quant à la gestion parcimonieuse de la santé de nos anciens, quand lirons-nous les résultats d'une étude comparable en France ? »
 
Sources :
 


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -