Agevillage

L'Organisation mondiale de la santé fait du suicide un problème de santé publique

Les personnes âgées de 70 et + sont un groupe à risque


Partager :

L’Organisation mondiale de la santé met désormais l’accent sur la lutte contre le suicide. Les personnes agées sont un groupe à risque.

Toutes les 40 secondes, une personne met fin à ses jours quelque part dans le monde, regrette l'OMS à l’occasion d’un premier rapport exhaustif sur cette question publié jeudi à Genève et cette "tragédie" demeure largement ignorée.

Plus de 800.000 personnes mettent chaque année fin à leurs jours et seize millions s’y essaient, affirme l'Organisation mondiale de la santé. 

L'OMS a établi la synthèse de données sur 10 ans concernant le suicide, dans tous les pays membres. Il espère ainsi "accroître la prise de conscience du véritable enjeu de santé publique que représentent le suicide et les tentatives de suicide". 
 
De ce travail de compilation, il ressort que les taux de suicide les plus élevés sont enregistrés chez les personnes âgées de plus de 70 ans, et ce dans pratiquement toutes les régions du monde.

En 2012, le taux de suicide dans le monde a été de 11,4 pour 100.000 habitants. Il y a deux fois plus d'hommes qui se suicident que de femmes.

Dans le monde, le suicide représente 50% des morts violentes chez les hommes et 71% chez les femmes.
 
L'OMS souhaite que la prévention du suicide figure dans les priorités nationales de santé publique.
 
"Tout suicide est une tragédie, chaque année, plus de 800.000 personnes décèdent en mettant fin à leurs jours et il y a, pour chaque décès, de nombreuses tentatives de suicide" affirme le Dr Margaret Chan, directrice générale de l'OMS.
 
Selon l'OMS, le suicide affecte "les populations les plus vulnérables de la planète, et plus particulièrement les groupes sociaux qui souffrent déjà de la marginalisation et de discrimination". A commencer par les personnes âgées. 
 
Le suicide accède donc au rang de "problème de santé publique majeur auquel il faut s'attaquer impérativement, sans plus attendre", affirme l'OMS.
 
L'OMS déplore que le suicide figure en queue de liste "des priorités de santé publique", sans doute parce que le "tabou et de la stigmatisation" y sont associés.
 
Les États membres de l'OMS se sont néanmoins engagés à réduire de 10% leur taux de suicide d'ici à 2020.
 
Les médias sont mis en cause dans la mesure où ils devraient produire une "couverture responsable" des cas de suicide, indique l'OMS, et ne pas "décrire en détail les actes suicidaires, et éviter toute dramatisation ou glorification, minimiser l'importance des reportages consacrés au suicide et éviter les simplifications excessives".

L'OMS relève enfin que l'utilisation d'internet et des médias sociaux pourrait "constituer une stratégie universelle de prévention du suicide".
"Les forums de discussion en ligne avec des professionnels consacrés aux personnes suicidaires, les programmes d'auto-assistance et la thérapie en ligne sont les meilleurs exemples de stratégie virtuelle de prévention du suicide", conclut l'OMS.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -