Agevillage

La France en tête de l'OCDE pour les dépenses sociales

Mais pas pour les vieux ou les enfants


Partager :

Les dépenses sociales de la France demeurent en tête de l’ensemble des pays de l’OCDE (Organisation pour la coopération et le développement économique). Mais partout ailleurs, notamment en Grèce ou au Canada, elles ont commencé à sérieusement baisser. Les dépenses pour les personnes âgées ne sont pas - et de loin - le poste de dépenses qui grève le plus la flambée des dépenses.
 
Selon une étude comparative rendue publique lundi 24 novembre par l'OCDE, les pays membres consacrent en moyenne 22% de leur PIB aux dépenses sociales. La France se distingue en demeurant la plus généreuse avec un niveau de dépenses qui atteint 32% du PIB.
 
L’OCDE note que ces dernières années, sous l’impact de la crise économique, les allocations chômage, maladie et nombre d’autres aides sociales ont drastiquement baissé au Canada, en Allemagne, en Islande, en Irlande ou encore au Royaume-Uni.
 
La France, la Finlande, la Belgique et le Danemark consacrent plus de 30% de leur PIB aux dépenses sociales. En Italie, en Autriche, en Suède, en Espagne et en Allemagne, ces mêmes postes de dépenses ne représentent plus que 25% du PIB.
 
Au sein de cet ensemble de dépenses, celles qui sont affectées aux personnes âgées, aux maisons de retraite, aux personnes handicapées ou encore aux crèches connaissent des niveaux élevés en Suède (7,5 % du PIB) et au Danemark (7%), mais ne représentent que 3% en France ou 1% en Italie et en Pologne. 
 
En matière de traitement de l’âge (très jeunes et très vieux), les pays scandinaves "sont très développés" et leur territoire est maillé de nombreuses institutions pour accueillir les personnes âgées ou les enfants en bas âge.
 
Les dépenses liées au vieillissement se remarquent toutefois d'une manière plus générale au poste de dépenses santé (hôpitaux, médecins, médicaments) qui est passé de 4% du PIB en 1980 à 6% en 2012. Outre le vieillissement, l’innovation technologique accroit également les coûts. 
 
Autre facteur lié au vieillissement, les retraites ont augmenté de 2 points en moyenne dans les pays de l'OCDE. En France, elles représentent près d'un tiers des dépenses sociales.

Enfin, point important mis en valeur par l'OCDE : les prestations sous conditions de ressources sont quasi systématiques dans les pays anglophones et non européens. En Australie, l’aide sociale va à plus de 40% aux 20% de la population la plus pauvre. Ce pourcentage tombe à environ 17 % en France où les aides sont beaucoup moins ciblées.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -