Agevillage

Augmentation maximale des tarifs des maisons de retraite privées en 2015 : + 0,05%


Partager :

L'arrêté du 17 décembre 2014 fixe l'augmentation des prix des prestations d'hébergement signées en établissements d'accueil pour personnes âgées (EHPA, EHPAD) privé commerciaux (à but lucratif) pour 2015. Est-ce l'impact des alertes sur les "restes à charge" très lourds pour les résidents et leurs proches ? L'impact d'une déflation rampante ?

Les tarifs des contrats de séjour en cours ne pourront augmenter de plus de 0,05% en 2015 par rapport à l'année précédente (au lieu de +1% en 2014 et + 2,3% en 2013).
Les établissements ciblés ne sont pas :
- habilités à l'aide sociale (sauf demande expresse de l'établissement et accord du président du conseil général)
- conventionnés à l'APL (aide personnalisée au logement).

Les tarifs restent librement fixés pour les nouveaux arrivants (nouveaux contrats).

Réaction du Synerpa : syndicat des maisons de retraite et résidences privées commerciales
"A la plus grande stupéfaction du SYNERPA, le taux d’évolution pour 2015 fixé à 0,05% est inférieur aux prévisions les plus alarmistes et pour la première année depuis sa création frôle le gel total.
Entre des dotations soins revalorisées à 0,8%, des dotations APA revalorisées à 0,3% et maintenant un taux directeur fixé à 0,05%, la politique dynamique du SYNERPA en matière d‘emploi, de dialogue social et d’investissement est grandement mise en danger.
Alors que notre secteur d’activité est depuis des années générateur d’emplois et ce, malgré un contexte économique morose, la faiblesse de ce taux qui n’est pas à la hauteur des enjeux, pénalise fortement les établissements qui doivent financer, à hauteur de 2% en moyenne chaque année, des revalorisations salariales mécaniques issues de la convention collective.
Le SYNERPA explore dès à présent toutes les potentielles pistes à donner à la suite de ce dossier."

Par ailleurs un arrêté du 23 décembre 2014 fixant les règles de calcul des tarifs plafonds et de mise en œuvre de la convergence tarifaire indique que la valeur annuelle du point servant au calcul du tarif plafond est fixée à 13,10 euros.

La Fédération nationale des associations de directeurs aux services des personnes âgées (Fnadepa) hallucine. "L’arrêté qui autorise les établissements, sans habilitation à l’aide sociale et sans APL, à augmenter le prix de leurs prestations hébergement de 0.05% a laissé les directeurs pantois ! La plupart ont cru à une erreur, avec un zéro de trop. Mais non, c’est de 0.05% dont il s’agit !
“De qui se moque-t-on ?” interroge Claudy Jarry, le Président de la FNADEPA, avant de poursuivre : “Avec une inflation, estimée à 0.5%, comment ces établissements vont-ils maintenir la qualité à son niveau ? La réponse est simple : en augmentant de 10%, voire plus, les tarifs appliqués aux nouveaux résidents. On est loin d’une politique qui annonce une diminution du reste à charge pour les personnes âgées et leurs familles. La disparité des tarifs entre les résidents ne fera que croître”.
Cette manœuvre en trompe l’œil produira des effets contraires aux ambitions affichées.
Mieux lotis les services à domicile ? Pas sûr. Il n’est pas certain qu’ils s’en sortent avec 1.35%, alors qu’ils viennent d’être autorisés à augmenter les salaires de 1% mais au moins ils n’ont pas l’impression que ce gouvernement s’est moqué d’eux."


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Jean

13/01/2015 23:01

Canard Enchaîné


Le"pourcentage"de 1/2 millième de hausse ayant été confirmé, cette information est bonne pour le Canard Enchaîné...Le coût de gestion de la mise en place d'une hausse aussi ridicule est réel. Qu'un fonctionnaire ait pu en convaincre quelques autres de la pertinence d'une telle hausse montre que le ridicule ne tue pas...et que notre administration est tombée bien bas...



Le breton

06/01/2015 15:01

Indignation ?


Je souscris des 2 mains à la réaction de Valentine et Hervé a raison c'est la FEHAP qui devrait être indigné pas le SYNERPA qui va pouvoir se récupérer sur les nouveaux contrats de sejour de l'année avec une augmentation de 20 % des tarifs , sachant qu'on renouvelle un tiers environ par an la population des Ehpad, les profits sont assurés et pour longtemps tant qu'on n'encadre pas les tarifs hébergement des ets commerciaux scandaleusement élevés pour les groupes côtés en bourse. Ce que les résidants ne savent est que les bénéfices de la section hébergement peuvent aller jusqu'à plus de 600 000 euros , ce qui est autant économisė également sur les salaires. Le SYNERPA ne nous fera pas verser une seule larme de crocodile avec une revalorisation des salaires à 2% . Les salaires de la convention collective CCU sont les plus bas du secteur contrairement au secteur associatif et public qui rémunère plus dignement les soignants pour un travail dont la pénibilité tarde a être reconnue.



valentine

06/01/2015 11:01

La vieillesse, matière cotée en bourse


C'est bien fait pour ces marchands qui profitent des personnes âgées et de leur famille ... Il ne faudrait pas dépasser les bornes ! Coter la vieillesse en bourse est déjà une insulte aux personnes, c'est d'un irrespect innommable ! Honte à ces gouvernements qui autorisent cela !



Hervé

05/01/2015 20:01

Une définition inexacte


Attention aux erreurs grossières !!! Cet Arrêté ne concerne pas exclusivement les ehpa et ehpad privés commerciaux, mais également les établissement associatifs non habilités donc sans but lucratif.



Jean

24/12/2014 10:12

0,05%


Ce chiffre est tellement invraisemblable : sur un tarif de 100€ cela fait...5 centimes (et pas 50 centimes)!! J'en conclus que c'est peut-être une erreur (et devrait être 0,5%), car un tel taux de 5 pour mille est ridicule.




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -