Agevillage

Edito : connaître les aides auxquelles on a droit


Partager :

Annie de VivieIncroyable. 14 ans après la loi APA créant l'allocation personnalisée d'autonomie, près d'un français sur deux ne la connait toujours pas.

Au Salon des seniors à Paris la semaine dernière, j'ai en effet constaté ce défaut d'information sur cette allocation universelle : toute personne de plus de 60 ans y a droit selon deux critères :
- son niveau de perte d'autonomie. Il est évalué avec la grille "Aggir", qui vous classe en Gir 1 à 6. Les personnes en Gir 1, 2, 3, 4 ont un besoin d'aide plus ou moins élevé et sont éligible à l'APA.
- ses revenus (un ticket modérateur vient diminuer le montant de l'APA).

Ainsi des personnes socialement défavorisées bénéficieront d'une APA à 100% et des personnes âgées très aisées financeront intégralement leur plan d'aides.

Demander l'APA malgré tout permet de bénéficier d'une évaluation à son domicile par des professionnels du département et de découvrir les aides possibles : aides humaines (services à domicile), aides techniques (habitat, accessibilité, domotique, téléassistance)...

D'autres aides existent : aides au logement, déductions fiscales, action sociale des caisses de retraite, des mutuelles, des collectivités locales (après l'obligation alimentaire et avec recours sur succession). Dans les Deux-Sèvres, un portail des aides sociales a vu le jour.

On le voit : le nerf de la guerre reste l'argent. Quelles sont les ressources disponibles (retraites), mobilisables (patrimoine, familles) ? Qui va demander ? Quand ?

Mon conseil : en parler, le plus tôt possible. Par exemple, lors d'un "conseil de famille", avec la personne concernée.
On peut se faire aider d'un professionnel des CLIC (centres locaux d'information et de coordination), voire de son médecin.
Faîtes des simulations en ligne des montants d'APA possibles (voir le simulateur des Yvelines).

L'enjeu : éviter les situations d'urgence où les décisions risquent de se prendre dans la douleur.
Et anticiper les éventuelles tensions budgétaires si la perte d'autonomie s'installe, s'amplifie, que les aides deviennent insuffisantes (L'entrée en maison de retraite médicalisée (EHPAD) coûtera 2 200 euros par mois en moyenne).

Même si nous sommes loin d'un 5ème risque de protection sociale et d'une prestation universelle de compensation des situations de handicap quel que soit l'âge, des aides existent.
La loi d'adaptation de la société au vieillissement actuellement en débat va renforcer l'APA à domicile.

Découvrez vite les aides auxquelles vous ou votre proche avez droit !


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Françoise

24/04/2015 03:04

Quel est le GIR ?


bonjour,
L'APA concerne les personnes classées en GIR 1;2;3;4. Pas si simple.
Une situation réelle : Une personne souffre de la maladie d'Alzheimer, elle vit la nuit, son mari cache les clés car elle est déjà partie en tenue de nuit au petit matin..elle ne se lave plus et il n'y a plus d'intervention pour l'aide à la toilette car cela la perturbe énormément. Évaluation de son médecin traitant pour le dossier APA : GIR 4 "lourd" avec de nombreux B et un C en orientation....Évaluation par téléphone par un professionnel du département (service APA): GIR 5 ( les questions posées au mari portaient sur les aides en place et leur financement). Décision : rejet APA. Suite à la demande de recours : visite de 2 professionnels du département à domicile : GIR 4. Deux semaines plus tard, une place se libère en établissement, évaluation GIR 2, accueil spécifique et adapté à ses difficultés. Faire valoir ses droits, tout le monde n'en a pas la force. Le conjoint de cette personne a croisé une vieille connaissance qui lui a expliqué qu'il se promenait juste le temps des "feux de l'amour" seul moment où il arrive à laisser sa femme seule à la maison ( après l'avoir discrètement enfermée...).
dossier APA ? oui Décision? Rejet mais il ne fera pas de recours, tout ça le fatigue...difficile de faire valoir ses droits quand on est épuisé.



Therese

21/04/2015 10:04

Bravo pour votre edito


Bravo et merci pour cet edito.
On ne parlera jamais assez des aides même si elles sont faibles, elles existent, et comme vous dites, lors de ces échanges avec les assistantes sociales, c'est le moyen de mieux comprendre tout ce qui existe




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -