Agevillage

Maltraitance : des stagiaires postent des vidéos avilissantes de résidents


Partager :

Ehpad chateau de la houcheL'établissement pour personnes âgées dépendantes Le Chateau de la Louche dans le 77 (Seine-et-Marne) a accueilli des stagiaires de lycées professionnels qui se sont livrées à des actes déplacés sur des résidents désorientés, qu'elles ont filmés et posté sur internet (Snapchat).

Ce sont des élèves connectés qui ont donné l'alerte. La direction a immédiatement convoqué ces stagiaires, confisqué les portables et appelé la gendarmerie. Une cellule psychologique a été mise en place pour les résidents et leurs proches.

Alors qu'elles étaient en stage depuis trois semaines pour devenir "assistantes de vie", trois voire quatre stagiaires d'un lycée professionnel se sont livrées à des actes déplacés, dégradants sur des résidents désorientés et donc vulnérables, sans défense.

Alors qu'elles avaient été accueillies par un parcours d'intégration classique, ces jeunes filles de 16, 17 ans ont échappé à la vigilance des professionnels qui les tutoraient.

Elles ont réalisé 33 films courts et les ont posté sur l'application mobile Snapchat (échange en temps réel d'images qui s'effacent en quelques minutes). Visionnées 340 fois en début de semaine, ces images ont choqué les élèves qui ont donné l'alerte.

"Il n'y a pas eu de maltraitances physiques" a précisé la ministre Laurence Rossignol qui s'est rendue sur place dimanche, précisant pour autant qu'il s'agissait d' "actes graves", "d’humiliations, de violences verbales, et d’atteintes à la dignité".

Les jeunes filles ont été mises en examen vendredi pour violences en réunion avec préméditation, diffusion sur Internet de scènes de violence et atteinte à la vie privée. Elles sont placées sous contrôle judiciaire, a précisé le parquet de Meaux.

La direction de l’établissement n’a pas souhaité faire de commentaire. Elle a précisé "se concentrer sur le bien-être des résidents, notamment des trois victimes des agissements déviants de ces stagiaires".

Joëlle Le Gall de la FNAPAEF, Fédération nationale des associations de personnes âgées et de leurs familles, s'est insurgée estimant qu'il "paraît énorme que des jeunes filles en stage en arrivent à violenter des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer".

De son côté l'association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) dénonce les manquements individuels et appelle à sanctionner tout fait de maltraitance avéré. Elle estime que "ce type d’évènement dramatique reste néanmoins exceptionnel puisqu’il s’agit d’actes isolés".
Ces faits soulignent l’âgisme de notre société, souligne l'AD-PA, ainsi que la situation difficile des personnes âgées fragilisées et des professionnels qui les accompagnent au quotidien à domicile comme en établissement. Comme la Fnapaef, l'AD-PA dénonce le manque de professionnels auprès de nos aînés. "Cela peut en effet en partie expliquer que des stagiaires soient trop souvent laissés seuls lors de situations d’accompagnement des personnes âgées".
L'AD-PA attend une réaction forte de la société à de tels actes.

Voir aussi l'interview d'Annie de Vivie ce 25 janvier au Magazine de la Santé de France 5 à 13H40.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

MLD

28/01/2016 13:01

Responsabilité individuelle


BOnjour,
Notre pays base tout sur la responsabilité individuelle. Mais depuis les années 1980 tous les acteurs du système de santé, des services à la personne (et de bien d'autres) on pensé que tout était de la responsabilité de chacune et chacun. Je me souviens de l'époque où dans les écoles maternelles il se disait fréquemment : "on n'est pas des assistantes sociales, quand même !"refusant même d'apprendre à lacer les chaussures aux enfants sous prétexte que c'était aux parents de leur apprendre. Il en a été pour bien des domaines et peu à peu dans les familles la transmission ne se faisit pas et à l'extérieur non plus. On peu voir les résultats aujourd'hui et pas seulement poour des lacets (humour !) mais pour le sens de la moralité basique et du respect de l'autre. Oui, bien sûre d'autres critères de société entrent en jeu, mais celui de l'apprentissage de la vie en société, du sens des valeurs et la notion de Droit et de Devoir, celle de l'Égalité allant de paire avec le respect de la Différence a été massivement abandonné. Plus de barrière ou si peu pour une partie des français.(pour me cantonner à notre pays !) Tout ceci a généré toutes ces "déviances" monstrueuses. je le répète MONSTRUEUSES !



antilope

28/01/2016 09:01

maltraitance


Si cela n'avait pas été mis sur internet , saurait peut être continué (il faudra un jour des caméras ) seul pour faire une toilette , ce n'est pas normal !!



martine

26/01/2016 14:01

travailleur social retraité


L'état d'urgence est tel dans les métiers de service à la personne que certains critères (motivations, valeurs humaines...) ne sont pas toujours pris en compte par les établissements de formation. Je souhaiterais que nous nous interrogions aussi sur ces organismes qui via les réseaux sociaux font appel à des personnes pour la formation sans se préoccuper des qualités de formateurs. Vaste "business" très lucratif pour certains qui sent l'arnaque!
Je suis d'accord pour que soient mis en place des protocoles pour l'accueil de stagiaires qui ne sont pas là pour remplacer du personnel mais bien pour apprendre avec un accompagnement de proximité.



lili

26/01/2016 14:01

ne pas laisser des stagiares seules


Les habitudes des établissements pour ce qui concerne les stagiaires et le tutorat sont souvent déplorables.Très souvent ces jeunes sont utilisés pour combler les déficits en personnel.Ils sont souvent mis à la "tâche " pour faire des toilettes, s'occuper de personnes ayant des fonctions cognitives défaillantes.Malheureusement le problème se pose également avec les aides à domicile souvent non formées que l'on envoie s'occuper de personnes très dépendantes. Les personnes dépendantes sont souvent confiées à des personnes sans compétences.Il est vrai que l'humain vaut moins que la machine....



maria

26/01/2016 11:01

LEUR MOTIVATION POUR LE CHOIX DE CE TRAVAIL?


Dans leur éducation "pro", je ne sais comment se passe la sélection. Mais j'imagine qu'il faille présenter ses propres motivations pour être orienté dans une filière ou une autre.Tout d'abord, j'espère que pour le jugement de ces faits inadmissibles, la pièce de "motivation" doit faire partie des documents. Ensuite, pour ce travail demandant de l'altruisme et un certain penchant pour les personnes fragilisées, et je dirai même un amour de ceux qui peuvent être ses propres grands-parents, il y a dû y avoir un entretien avec psychologue.car c'est toute de même un métier demandant des qualités. Qu'en est-il de cet entretien ? Il va y avoir du travail dans ce procès, pour rechercher si la filière a été bien choisie !




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -