Agevillage

Marseille : un an ferme pour l'aide-soignante accusée de maltraitance


Partager :

Le tribunal correctionnel de Marseille a condamné mardi 23 février une aide-soignante à deux ans de prison dont un ferme, pour avoir poussé trois résidents d'une maison de retraite à avoir des relations sexuelles entre elles.

Elle a également été condamnée à une interdiction définitive d'exercer la profession d'aide-soignante.

Le tribunal a aussi condamné l'aide-soignante à verser 2000 euros de dommages et intérêts à l'une des victimes et 5000 euros à la maison de retraite Saint-Georges pour préjudice moral (discrédit, chute de la fréquentation).

Les agissements de l'aide-soignante se sont déroulés en janvier 2010. Ils ont été rapidement dénoncés par des personnels à la direction de l'établissement.

Les résidents maltraités étaient malades, désorientés, vulnérables, ils ne jouissaient plus de toutes leurs facultés mentales.

Ndlr : rappel du numéro d'appel national contre la maltraitance le 3977.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

mimi

03/03/2016 19:03

maltraitance


Bonjour,
Voir article ci-dessus.
Fin d'un épisode douloureux dans le service Alzheimer, ces résidents vulnérables dans un EHPAD
La cadre a téléphoné à un époux plaignant en lui disant qu'il n'y avait plus de danger, " l'aide soignante ne reviendra plus dans le service"
Merci à la cadre, restons vigilants
Salutations



mimi

01/03/2016 13:03

Maltraitance maison de retraite


Bonjour,
Hélas la maltraitance existe en maison de retraite, envers les plus vulnérables
Que faire , quant on dénonce à la cadre du service les faits, quant elle donne un mois à l'aide soignante pour réfléchir sur son comportement . Quant cette cadre convoque les autres aides soignantes qui sont témoins des agissements et qu'elle leur dit " il ne faut pas dire ce qui se passe dans le service "
Cette aide soignante maltraitante insulte les résidents malades ( Alzheimer ) une honte
Ils sont sans défense Les témoins dont les contrats sont à renouveler ont peur des retombées.
Voilà où on en est ! Prévenir la cadre supérieure ? Le directeur ?
Nous sommes dans la peine , ne sachant que faire ?
Salutations merci de me lire




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -