Agevillage
  >   Actualités  >     >   Edito : les crédits du jour...

Edito : les crédits du jour férié

gérés par la CNSA, Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie


Partager :

Annie de VivieC'est devenu un marronnier.

Suite à la canicule de 2003, le gouvernement Raffarin avait décidé de sanctuariser les crédits d'un jour férié travaillé pour l'aide à l'autonomie des plus âgés. Le lundi de Pentecôte fut désigné "travaillé" puis cette décision fut assouplie à partir de 2008 (les écoles étant fermées, les parents salariés étaient "coincés").
Depuis les entreprises optent pour la suppression d’un jour de congé ou de réduction du temps de travail (RTT), ou offrent ce jour à leurs salariés.
Par ailleurs les retraités imposables ont été amenés à cotiser plus pour l'aide à l'autonomie avec la CASA : Contribution additionnelle d'aide à l'autonomie.

Chaque lundi de Pentecôte donc, les médias interrogent les acteurs de la gestion des crédits du jour férié gérés par la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA).

Cette journée génère 3 milliards d'euros : 2,29 milliards financés par les contributions des salariés (CSA) et 726 millions versés par les retraités (CASA). Depuis 2004, le montant total versé pour l’autonomie des personnes âgées et dépendantes dépasse les 30 milliards d’euros. La CNSA doit verser 60 % de la somme à l'aide aux personnes âgées et 40 % vers les personnes handicapées. Une grande part sert au financement des établissements spécialisés (Ehpad : établissements pour personnes âgées dépendantes, instituts pour les personnes handicapés). L’autre part est reversée aux départements qui gèrent l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), la prestation de compensation du handicap (PCH) et les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH).

Sauf que ces crédits sont sous-utilisés. Chaque année la lourdeur de l'attribution des crédits est telle que les sommes ne sont pas versées aux établissements, aux services à domicile, aux centres d'information et de coordination. Au point que ces derniers ferment leurs portes jour après jour, alors que la demande liée à la démographie augmente et que le secteur est notoirement sous-doté en personnels.

Cette situation suscite la colère annuelle de Pascal Champvert, président de l’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA). Chaque année, il dénonce un « détournement » par l’Etat de la CNSA, qu’il évalue à « 4,5 milliards depuis onze ans ». En 2010 déjà, un rapport de l’Igas (Inspection générale des affaires sociales) estimait à 1,8 milliard d’euros les excédents non utilisés.

La CNSA explique elle que seule « une petite partie des crédits sous-consommés a été réaffectée à l’Assurance maladie ». Elle assure que ces "réserves" seront affectées à ses missions.
On ne demande qu'à la croire.

Qui pour défendre l'affectation de ces crédits à l'aide à l'autonomie ?

Les personnes fragilisées elles-mêmes ne peuvent descendre dans la rue. Leurs aidants sont souvent âgés, fatigués. Les salariés vivent sous pression.
Dans la continuité de "nuit debout", nous verrons demain des mouvements "vieux debout" pour défendre la dignité des plus fragiles et les conditions de travail des professionnels ?

En tout cas, l'aide à l'autonomie va s'imposer dans la prochaine présidentielle.
 
Infographie cnsa journée de solidarité


mis à jour le



LES LIENS UTILES

CNSA - Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie

La CNSA est à la fois une caisse, une agence et un espace public d’échanges pour l’autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées.


CAISSE NATIONALE DE SOLIDARITE POUR L'AUTONOMIE
66 avenue du Maine
75682 Paris cedex 14
Tel. 33 (0)1 53 91 28 00

AD-PA - Association des Directeurs au service des Personnes Agées

L'AD-PA regroupe les directeurs de services à domicile, de coordinations et d'établissements pour personnes âgées.

Les objectifs de l'AD-PA :
Sensibiliser la société française et les Pouvoirs Publics sur l’approfondissement nécessaire de la solidarité à l’égard des personnes âgées fragilisées.

Favoriser l’expression des personnes âgées fragilisées, de leurs familles et des professionnels.

Accompagner les professionnels dans leurs actions au quotidien.

Promouvoir une réflexion globale en matière de gérontologie.

Participer à l’évolution de l’accompagnement des personnes âgées fragilisées en facilitant la circulation de l’information au sein de la profession et de ses partenaires.

Montrer que les services à domicile, les établissements et les coordinations pour personnes âgées sont innovants dans leurs pratiques quotidiennes d’accompagnement et de soins.


AD-PA
3, impasse de l'Abbaye
94106 SAINT-MAUR Cedex
Tél. : 01 55 12 17 24
Fax : 01 42 83 63 33
Contact Presse : 01 55 12 17 29
ad-pa@orange.fr

 



Partager :


Vos réactions

joëlle LE GALL

18/05/2016 12:05

CNSA et détournement de fonds


tout d'abord je n'aime pas les pseudos donc j'afficherai mon nom en toute lettre.
Oui c'est un scandale, oui il faut réagir oui nous dénonçons depuis plusieurs années cette situation inacceptable.
Question , sommes nous suffisamment relayés par des médias de grande diffusion ?
Depuis des années nous demandons une émission à une heure de grande écoute, réunissant professionnels, usagers et représentants des familles pour dénoncer une langue de bois et une incompétence des politiques, prolixes en effets d'annonce mais tellement éloignés du terrain Une autre question se pose les seniors sont-ils capable de descendre dans la rue pour défendre une cause dont la plupart se sentent tellement éloignés, « ça n'arrive qu'aux autres »
Alors oui bougeons nous, oui agissons et laissons de côté cet individualisme qui ne fait qu'aggraver la situation de notre pays, battons nous pour faire reconnaître que la perte d'autonomie et le handicap n'ont pas d'âge mais concernent tous les âges et qu'un citoyen qui à les mêmes devoirs a aussi les mêmes droits jusqu'à sa mort. Le problème des milliards détournés ne se posera plus sous le même angle et deviendra tout simplement une fraude juridiquement dénonçable.



ifigénie

18/05/2016 10:05

rage au coeur...


Ma mère est en unité de vie Alzheimer, j'ai été éducatrice spécialisée pendant 40 ans, mon fils souffre de polyhandicaps et jamais je n'ai vu la moindre trace d'un plus financier lié à cette journée. Cela me fout la rage...27 résidants, 3 encadrants les "bons" jours pour 27 résidents en U.V.A...




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -