Agevillage
  >   Actualités  >     >   Edito : ils ont tous ma clé

Edito : ils ont tous ma clé

Trouvez-moi un "chez moi"


Partager :

Annie de VivieC'est l'histoire d'une vieille dame très indépendante, autoritaire, qui a mené sa vie comme elle l'entendait. Ses enfants et petits-enfants restent proches d'elles, même s'ils fuient parfois ses sentences. Son art de vieillir était plutôt dans le contrôle que dans la joie (voir le livre L’art de vieillir dans la joie de E. El Mestiri).

Petit à petit, plusieurs soucis de santé la clouent au lit.

Elle doit demander de l'aide et faire appel à plusieurs intervenants : pour les soins, la toilette, les repas, l'aide au lever, le ménage... Les différents professionnels organisent leurs interventions. Pas facile de suivre l'agenda des uns et des autres notamment face aux absences, remplacements...

Des solutions existent comme des systèmes d'ouverture des portes à distance, avec visiophonie, mais ils demandent parfois des adaptations, voire des travaux un peu complexes dans les logements.

Au bout de quelques mois, elle m'appelle et affirme : "Ils ont tous ma clé. Ils s'organisent à leur guise. Je ne suis plus maître chez moi. Je préfère entrer en maison de retraite".

L'option d'aller vivre dans un lieu de vie collectif non médicalisé (logement-foyer, résidence service), n'était plus possible pour elle. Elle était trop handicapée.

Ce sera l'établissement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Elle trouvera qu'elle vit surtout "chez les professionnels" qui y travaillent plutôt que chez elle. Néanmoins, la vieille dame y reprendra des forces.
Elle convoquera ses enfants et petits-enfants pour leur donner ses dernières directives puis partira.

Pas facile quand on vieillit de défendre son "chez soi".

C'est pourtant un des cinq principes du Label Humanitude, 1er label de bientraitance, qui impose notamment le respect de l'intimité, de la singularité (ne jamais entrer chez l'autre sans avoir toqué à la porte et attendu l'autorisation, par exemple). L'humanitude est le socle du documentaire "Et Guérir de tendresse" qui sera diffusé sur France 5 les 27 et 29 août prochain. Ce label vient d'être salué par Alexandre Jardin et son mouvement citoyen "Bleu Blanc Zèbre". Il va demander beaucoup d'énergies citoyennes pour se déployer sur les territoires.

De l'aide des seniors eux-mêmes.
Pour défendre leur "chez soi" !


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

ADERALD

10/07/2016 16:07

comme je comprends


J'ai vécu cette sensation sauf que dans mon cas c'était mon parent, hémiplégique et aphasique, qui vivait chez moi. Je ne regrette pas ces années ou je lui ai apporté tout ce que je pouvais, mais la situation m'a affecté, et je ne suis pas sorti indemne de cette situation




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -