Agevillage

Maison de retraite clandestine du Tarn-et-Garonne : l'éclairage de Pascal Champvert


Partager :

L’affaire a fait grand bruit la semaine dernière : alertée entre autres par des familles, la préfecture du Tarn-et Garonne a fait évacuer la « maison des seniors » de Septfonds, pour « manquements graves, mettant sérieusement en cause la santé, la sécurité et le bien-être physique et moral des personnes âgées hébergées dans cette structure ».

L’endroit, présenté comme « une alternative à la maison de retraite », une « colocation », n’avait pas de statut de maison de retraite ou de résidence services, et n’avait donc jamais été inspectée par les services de l’Etat.

Suite aux signalements, une inspection menée par l’Agence régionale de santé, le conseil départemental de Tarn-et-Garonne, l’inspection du travail et la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations a eu lieu le 5 juillet.

Elle a notamment mis en lumière des locaux et des équipements inadaptés aux personnes vulnérables (problèmes d’accessibilité, de sécurité) et des normes d’hygiène non respectées. Pour le préfet, l’évacuation des habitants constituait « une mesure pour les mettre hors de danger ».

Dix personnes âgées de 68 à 93 ans, dont deux en grande perte d’autonomie, y résidaient jusqu’au 27 juillet. La maison est définitivement fermée, une enquête pénale diligentée.

Trois des anciens « colocataires » ont retrouvé leurs familles, les sept autres ont été transférés dans un centre hospitalier.

Une situation heureusement très rare, indique Pascal Champvert

Pascal ChampvertPascal Champvert, président de l'association des directeurs au service des personnes âgées (AD-Pa), souligne que ce genre de situation est heureusement très rare. Pour lui, l’événement est symptomatique des difficultés rencontrées par les personnes âgées et leurs familles, mais aussi les personnels et les directeurs d’établissement. Il nous livre son analyse.

Est-ce le tarif (1300 à 1500 euros par mois) qui les a conduites à choisir la « maison des seniors » ?

« Quand on leur a parlé d’un bon accompagnement pour un tarif bien moins cher qu’un établissement, je comprends tout à fait qu’elles aient eu envie d’y croire ! En établissement, le système tarifaire est très complexe, c’est un système fou : une aide-soignante à domicile est remboursée à 100 % par la sécurité sociale à domicile, mais seulement 70 % en maison de retraite. »

Les personnes âgées et leurs familles avaient-elles, selon vous, conscience des problèmes que posait cette maison ?

« La réglementation est tellement complexe, notamment en matière de tarification, qu’il est tout à fait compréhensible que le grand public ne comprenne pas la différence entre une résidence services, une résidence autonomie et un Ehpad. Il faudrait simplifier les dispositifs, les tarifs, les dénominations… »

Quand on se tourne vers une solution non agréée, quels sont les risques pour la personne âgée fragilisée ?

« La question majeure n’est pas celle du risque, mais celle de l’envie de la personne. Certaines d’entre elles sont heureuses à domicile, d’autres seraient bien mieux en collectivité, je pense à des personnes en situation de grand isolement par exemple.

Mais il y a le problème du coût, d’une part, et d’autre part la rigidité du système. Les résidences autonomie par exemple ne peuvent pas accueillir de personnes très dépendantes, en Gir 1, alors qu’elles peuvent rester à domicile.

Il faudrait créer des structures qui permettraient de regrouper les domiciles, ce qui se fait avec succès au Danemark notamment. »




mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Rédaction Agevillage

25/08/2016 12:08

Réponse à Mimi


Le webmaster est en vacances, d'où le retard pris dans la validation des commentaires... Toutes nos excuses !



mimi

10/08/2016 15:08

maison de retraite clandestine


Bonjour Je suis censurée ! dire la vérité n'est pas de la délation Je me répète, oui dans le Tarn et Garonne un EHPAD n'est pas digne de ce nom, depuis de nombreuses années cette maison de retraite doit être reconstruite. salutations ( 2ème réponse ) à ce sujet



JR76

09/08/2016 22:08

Réaction


Compte tenu de ce que je peux constater Si l'on inspectait certains établissements publics ou privés actuellement en service, de la même façon que cela a été fait pour cette maison, peut être il y aurait il là aussi des fermetures....



mimi

09/08/2016 11:08

maison de retraite clandestine


bonjour Je suis du Tarn et Garonne. Quand je pense que les gendarmes se sont déplacés pour évacuer ces personnes âgées, je vomis ! Pourquoi la préfecture n'a t-elle pas exigé la mise aux normes? Ces personnes auraient réintégré leur collocation ? Fallait-il ajouter de la misère à la misère ? Les EHPAD sont aux normes! oui !mais pas toutes dans le Tarn et Garonne! Désolée de le souligner !depuis des années ont se bat pour la reconstruction d'une! Y'avait-il de la maltraitance dans cette collocation, certainement pas, ça arrive en EHPAD. Je suis bien placée pour le savoir, mais la direction s'en fou !Il y aura peut-être un blame?? mais pas sûr ! Personnellement je suis navrée de ce qu'il est arrivé à ces colocataires, déracinés, malheureux, mais ça aussi ce n'est pas dans les normes! Quand prendrons nous en compte le bien être avant les normes. J'ai 83 ans, je suis encore chez moi, pas aux normes: pas de douche à l'italienne, pas de barre d'appui . L'amélioration pour mon confort pas possible , le reste à charge trop élevé! Il y tant à faire pour le respect de la vieillesse! Cherchons les normes : prix trop élevés dans les maisons de retraite et les EHPAD. Les normes ne font pas toujours le bonheur hélas (prix 2800 € , alors qu'en milieu rural la retraite est souvent de 600 € à 1000 €, voilà ce qu'il faut donner Salutations mimi



Bernadette PAUL-CORNU

09/08/2016 11:08

Comment y voir plus clair ?


Parfaitement d'accord avec Pascal Champvert ! Entre les résidences services, les résidences autonomie, les logements intergénérationnels, les colocs, les Ehpa, les Ehpad, il y a de quoi en perdre son latin ! D'un dispositif à l'autre, les coûts varient du simple au triple, mais les prestations aussi !! Et puis un mot sur l'affaire du Tarn, je crains malheureusement que ce cas ne ternisse toutes les bonnes initiatives de colocations pour personnes âgées en France, souvent portées par des Associations non lucratives (ce qui n'était pas le cas du Tarn) et souvent dotées d'intervenants extérieurs qui sont des professionnels compétents. Il est temps que le législateur se prononce sur ces formes hybrides d'habitat. Ou en est le Groupe de travail de la DGCS sur le sujet ??




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -