Agevillage
  >   Actualités  >     >   Aidants au travail : les ra...

Aidants au travail : les rapports entre collègues


Partager :

 La question des aidants en activité professionnelle émerge de plus en plus. Si l’on évoque souvent la question des congés spécifiques, de l’aménagement du temps de travail, du télétravail, d’organisation en somme, être aidant en entreprise a aussi une influence sur les relations avec les collègues de travail. Entre bienveillance et sentiment d’injustice, le témoignage de trois d’entre eux et de l’un de leurs collègues.

relations entre aidants au travailIls font de plus en plus parler d’eux, mais ont rarement la parole. Aussi, le Révélateur de richesses immatérielles (entreprise de conseil et d’accompagnement d'autres sociétés), à l’origine du programme Aider et travailler (voir ci-dessous) a choisi de publier les témoignages de quatre Français concernés par le sujet.

Au-delà des difficultés d’organisation, ce sont les relations entre collègues qui peuvent devenir difficiles.

Ainsi Evelyne, assistante de direction au moment où naît son enfant atteint de spina bifida, s’est heurtée à l’incompréhension de ses collègues face à ses absences, toujours autorisées par ses supérieurs mais souvent demandées en urgence.

« Et pourquoi je ne pourrais pas [poser un congé au dernier moment], alors que, elle [désignant Evelyne], peut ?! Il y a vraiment des privilégiés dans cette boîte ! », a ainsi déclaré l’une d’entre elles.

Dialogue et échanges, des clefs pour avancer

Marcel, lui, a eu plus de chance. Sa direction et ses collègues ont accepté de réorganiser leur travail pour qu’il puisse s’occuper de son fils, puis de sa mère.

Mais c’est par le dialogue que les tensions se sont désamorcées, car Marcel a expliqué la complexité de sa situation.

Quant à Sandrine, elle a dû se battre pour se faire entendre de sa hiérarchie. Encore aujourd’hui, alors qu’elle a pu aménager ses horaires, comme la loi l’y autorise, elle souffre de remarques de certains de ses collègues, mais aussi de sa propre culpabilité.

Elle a bien conscience que sa situation a un impact sur le travail des autres, ce que confirme Sylvia, analyste dans une banque, qui a un collègue aidant.

Si une organisation informelle a pu voir le jour pour soulager son collègue, reste que « la compréhension et l’ouverture d’esprit ne suffisent pas, notamment sur le long terme ».

Petit à petit, son entreprise met en place des réponses concrètes pour permettre aux aidants et à leurs collègues de vivre plus sereinement leur vie d’aidant et leur vie professionnelle.

Et rejoint ainsi ces sociétés, encore trop peu nombreuses , qui prennent en considération la question de leurs salariés aidants.

Lire les témoignages dans leur intégralité

Répondre à l’enquête Aider et travailler

Le programme Aider et travailler, dont Agevillage est partenaire, a pour objectif de produire tout une palette d’outils :
  • Un baromètre société (grand public).
  • Un baromètre entreprises (pour se benchmarker, se comparer aux autres).
  • Des ateliers de co-conception de solutions : aidants, non aidants et entreprises.
  • La conception d’une solution technologique d’accompagnement des entreprises (mini formations, bonnes pratiques, arbres de décision, références légales, etc.).
  • La conception d’une solution humaine (conseil) qui, le cas échéant, viendra accompagner la solution numérique lorsque l’entreprise souhaite s’engager davantage.
  • Un programme à dimension européenne dès 2018.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -