Agevillage
  >   Actualités  >     >   Edito : Intergénération et ...

Edito : Intergénération et solidarités

29 avril : journée européenne


Partager :

Ce 29 avril, l'Europe invite les établissements scolaires à une journée européenne de la solidarité intergénérationnelle. Projets culturels, autour de l'Histoire, du patrimoine dont les seniors sont les témoins, échanges (les jeunes qui aident les plus vieux à l'utilisation des technologies, les vieux qui déjeunent et échangent avec les jeunes)... Les initiatives vont fleurir notamment dans le réseau des Villes Amies des Aînés.

Annie de VivieL'occasion de rappeler aux candidats à l'élection présidentielle qu'ils cherchent à présider un pays qui comptera d'ici peu 30 % de citoyens de plus de 60 ans, 5 milions de plus de 85 ans.

80 % vont vivre avec leurs pluri-mini-handicaps (compensés par des appareils, des prothèses... dentaires, dont nous parlons cette semaine), mais 20 % vont avoir besoin d'aides.

Ici des repas adaptés (et pas forcément tout le temps mixés), là des soins dans des établissements d'accueil compétents (où les objets ne se perdent pas).

Ces lieux de vie, de fin de vie, inspirent les artistes cette semaine.

Cet enjeu sociétal majeur qu'est le vieillissement a tendance à être totalement passé sous silence dans les débats présidentiels actuels. "Il faut témoigner de notre réalité, de notre sexualité" affirmait Jean Marin, octogénaire, à l'occasion de l'arrivée du printemps.

Les programmes des deux finalistes de l'élection présidentielle 2017 avancent donc quelques ambitions autour de la Silver Economie, de l'aide aux proches aidants, du maintien à domicile, mais le financement d'un nouveau risque de protection sociale, s'il est envisagé, n'est pas assuré.

On a toujours d'autres priorités, que les plus âgés... au point que Monique Pelletier, ancienne ministre, appelle à s'en indigner.

"Le vieux montre l'avenir au jeune. Par sa seule présence, il montre que la vie est longue", explique Bernadette Puijalon. "L'intensité de l'être ne diminue pas avec l'âge. La hauteur de la flamme d'une bougie ne diminue pas avec la fin de la chandelle, au contraire."

La personne très malade, très fragilisée, en toute fin de vie, pose la question du sens de la vie.

Une vie solidaire, intergénérationnelle.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -