Agevillage

Edito : Sortir et rester protégé

Espaces publics accessibles et praticables


Partager :

Il fait beau, peut-être trop chaud. Mais chaque jour, il vaut mieux quand même sortir à la fraîche et marcher ses 30 minutes actives par jour... vers des lieux climatisés ou dans les jardins par exemple.

Annie de VivieOn le sait, en avançant en âge, des évolutions physiques, psychiques peuvent venir fragiliser les envies de marcher et renforcer les peurs de sortir.
Le risque : c'est l'isolement.

Aux difficultés physiques pour marcher, avec la baisse des réflexes, les pertes d’équilibre (voir le dossier sur les soins des pieds cette semaine), s'ajoutent des baisses sensorielles (acuité visuelle et auditive) et cognitives (perceptions plus difficiles des lieux, du temps, de l’espace, de l'orientation, des autres).

On peut renforcer la vigilance (voire la peur) comme cette expérience en Ile de France de la Sécurité routière qui a testé un dispositif de simulation de freinage brutal avec impact lorsqu'un piéton traverse malgré son feu au rouge. Cette campagne avec l'affichage de la photo du piéton terrifié a fait polémique.

On peut aussi pousser à faire face, dans un environnement adapté.

Faire face à ses appréhensions, ses obstacles mentaux, ses peurs de chuter, d’être agressé, bousculé, ses peurs des incivilités, de l’imprévu aussi.

Les collectivités locales tendent à prendre conscience de l'importance de rendre l'espace public accessible, praticable, bienveillant.
En renforçant des ambiances collaboratives (chaises, bancs, places, placettes), des protections contre les aléas climatiques, une meilleure lisibilité des espaces, des espaces de repos, des toilettes, des transports accessibles (publics, collectifs, à la demande).

Comme tout citoyen de tous âges, les personnes âgées doivent voir et être vues, sur les passages piétons notamment (attention aux décorations qui peuvent masquer les piétons, les éblouissements). Des refuges sont aussi pensés pour des passages piétons très longs, des trottoirs étroits.

Il faut aussi entendre les dangers : les acteurs cherchent à rendre perceptibles les passages des véhicules silencieux comme les tramways, les vélos, les véhicules électriques.

Je ne peux que vous inviter à participer aux campagnes de la sécurité routière pour renforcer la confiance, mais aussi à bousculer les maires pour revoir l'accessibilité et la sécurité de l'espace public. 

Ces démarches participatives se développent comme les chartes territoriales de proximité, éclairées de regards et réflexions éthiques elles-aussi accessibles au plus grand nombre (comme le 1er magazine de l'Espace Ethique Ile de France).

Bonnes balades à tous !


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -