Agevillage

Voitures sans chauffeur, maisons, villes intelligentes mobilisent des start up aux grands groupes

Technologies pour l'autonomie au salon Vivatech


Partager :

On connaît l'usage magique de la télécommande développée au départ pour les personnes en situation de handicap.  Les technologies pour l'autonomie vont intéresser les seniors, leurs aidants et demain toutes les personnes empêchées. Un marché évident pour l'économie des seniors (Silver économie) mis en valeur au salon Vivatech la semaine dernière, des starts up aux grands groupes industriels, avec l'appui du Président de la République en personne.

Technologies pour vivre chez soi


technologies seniors Les maisons, les appartements sont invités à devenir de plus en plus intelligents, connectés, pratiques, sécurisés, accessibles, en lien avec les proches, avec les services de proximité, avec les professionnels de santé (voir l'application Choizy le toit). Des appareils de domotique simple (éclairages à distance, chemins lumineux, volets électriques, télé-assistance, télé-vigilance, adaptation du logement pour éviter les chutes) aux systèmes qui alertent (téléalarme, sous ou surconsommation d'eau, électricité), aux applications qui relient (cahiers de liaison, agendas partagés)...
Encore faut-il qu'Internet voire le haut débit soient accessibles sur tout le territoire !

Technologies au service de la santé


Des applications pour suivre son hygiène de vie (podomètres et applis santé sur les smartphones), pour l'éducation thérapeutique (prises des médicaments, Rv chez les médecins) jusqu'aux "serious game" qui entrainent (la mémoire), motivent (activités physiques adaptées, personnalisées). Des personnes malades développent aussi leur propre application (voir Zenaïde pour les personnes malades Azheimer).
Un label a été même créé pour se repérer dans le maquis des 165 000 applications santé avec leur corollaire de besoin de sécurité, de confidentialité, de protection des données. Chaque acteur reste dans l'attente du "dossier médical personnalisé", sécurisé, pour éviter les redondances de soins, évaluer et coordonner le plan de soins avec des acteurs de santé reliés.

Robots d'assistance


Vivatech a été l'occasion de présenter plusieurs robots d'assistance comme Tiago destinée aux hôpitaux et maisons de retraite. Il apporte les objets, ramasse les vêtements tombés par terre mais surtout surveille constamment ses patients. Il alerte les services d'infirmerie en cas d'incident. Cutii, lui, est un robot compagnon capable de mettre en relation un patient à un service de secours ou à un membre de la famille. La montre Life Plus, elle, détecte les anomalies liées aux états de santé d'une personne. 50% des tâches dans le monde sont en passe d'être automatisées insistent les experts à Vivatech. De quoi donner à réfléchir et penser les technologies au service du bien vivre, de la relation, du lien.

Technologies pour sortir


De la voiture au taxi voire au bus sans chauffeur, si les technologies ne sont pas encore abouties, les constructeurs ne désarment pas. Les villes mais aussi les villages isolés sont intéressés pour aider à sortir de chez soi, accéder aux services de proximité (commerçants, professionnels de santé, services culturels...). Sans oublier les systèmes de géolocalisation qui permettent à des personnes malades de continuer de sortir et être retrouvées le cas échéant.

Technologies pour rester curieux, se cultiver


Continuer d'apprendre, se mobiliser sur des projets... les technologies mettent à disposition des savoirs (cours en ligne : Mooc, y compris sur la maladie d'Alzheimer, pour savoir être aidant) comme l'Université virtuelle du temps disponible (UVTD), qui offre chaque jour des conférences par visioconférence, animées par des professionnels sur des sujets aussi variés que la littérature, l’histoire de l'art, l’astronomie, les sciences, le cinéma, la cuisine ou encore l’anglais.

Technologies pour rester en lien, se soutenir entre générations et rester vigilants


Se parler (téléphoner), se voir, s'échanger des anecdotes, voire transmettre ses mémoires... du mail à l'application intrafamiliale (Famileo, Familizz, e-lio...) en passant par la nouvelle "télécommande sociale" des bordelais Sunday. Les générations sont appelées à se soutenir pour accéder à ces technologies mais aussi savoir rester vigilants comme le montre une récente étude de Kaspersky Lab France, "Les internautes les plus âgés sont des cibles vulnérables et très lucratives pour les cybercriminels par les escroqueries par e-mail notamment. La seule façon de s'en protéger est d’associer une vigilance renforcée à l’installation de logiciels de sécurité efficaces sur tous les équipements, y compris les mobiles. Cela permettra de maîtriser les risques pour la sécurité et de protéger les seniors de notre entourage contre toute activité numérique malveillante. »


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -