Agevillage
  >   Actualités  >     >   Avez-vous une gêne pour ent...

Avez-vous une gêne pour entendre ?

Faire avec et faire face aux pertes d'audition


Partager :

14 centres de prévention Agirc-Arrco se sont mobilisés pour interroger 429 personnes de plus de 50 ans présentant des troubles auditifs acquis légers et modérés, avec leur proche. Plus ces personnes se mobilisent pour faire avec et faire face (Coping), plus leur qualité de vie s'améliore.
Encore faut-il agir !

Prendre conscience de l'importance de traiter les pertes d'autition


perte d'auditionUne première étude en 2015 avait montré que plus d'un participant sur deux des centres de prévention (53%) avait un déficit auditif avec des conséquences démontrées délétères sur la santé, sur le risque de future maladie neuro-dégénérative.
Cette nouvelle étude menée par les régimes de retraite complémentaire Agirc-Arrco en partenariat avec la Caisse nationale d'Assurance Vieillesse (CNAV), avait pour ambition de mesurer les répercussion de ces pertes auditives et de la participation à un "Atelier Audition" sur la qualité de vie des personnes concernées et leurs proches. 429 personnes de plus de 50 ans présentant des troubles auditifs acquis légers et modérés ont été recrutées et questionnées(*) avec leurs proches dans 14 centres de prévention Agirc-Arrco partout en France.
Il ressort que la sévérité de la perte auditive est corrélée à l’impact sur la qualité de vie de la personne et de son proche. Les scores sont meilleurs pour les hommes et les personnes ayant un niveau d’étude élevé et qui sont financièrement plutôt aisés.
Insidieuses, progressives, ces pertes d'audition sont souvent associées à des attitudes de déni des personnes concernées (évitements des activités, risque d'isolement) mais aussi à des difficultés esthétiques et/ou financières à s’appareiller.

Avez-vous une gêne pour entendre ?


Cette simple question peut être retenue comme outil de repérage suggère le travail de thèse pour le doctorat de médecine générale de Marion Villedey, Prix de thèse de L’Urps Auvergne-Rhône-Alpes en 2016. Il permet de déterminer rapidement les personnes susceptibles d’avoir un test auditif avec une audiométrie. Son questionnaire qui doit encore être validé scientifiquement a été soumis à 120 personnes continuait ainsi :
- avez-vous des difficultés à comprendre lorsqu’il y a du bruit autour de vous ?
- Avez-vous des diffiucltés à comprendre les voix lointaines ?
- Est-ce que vos amis et proches se plaignent que vous entendez moins bien ?
- augmentez-vous souvent le son de la télévision ou de la radio ?
- Comprenez-vous moins la voix des hommes ?
Des questions utiles pour mettre la puce à l'oreille des proches aidants et orienter son proche vers un médecin.

Augmenter les capacités à agir des personnes concernées et leurs proches


L'étude montre que le fait de mettre en oeuvre des stratégies de recherches de solutions (Coping : faire face, faire avec) ainsi que le soutien social ont un impact favorable pour la personne concernée et son proche. Les stratégies d’évitement (dénis, désengagements d’activités pourtant appréciées) limitent le recours à ces actions (dépistages, appareillages, moyens de communication adaptés).
L'étude insiste sur l'importance de rétablir une communication efficace et satisfaisante avec ses proches, en les informant, en les formant aussi aux techniques de communication adaptées. L’implication des proches dans les stratégies de recherche de solutions favorise la résilience des personnes atteintes de surdité, plus actrices de leur santé et capables de s’adapter à leur handicap.

(*) Questionnaires et outils de mesure utilisés


inventaire des handicap auditifs chez les personnes âgées : HHIE Hearing Handicap Inventory for the Elderly
Echelle de WHOQOL-BREF : questionnaire générique de 26 items décrivant la qualité de vie dans quatre domaines : santé physique (activités de la vie quotidienne, traitements médicaux, énergie, fatigue, mobilité, douleur...), santé psychologique (sentiments, estimes pour soi, croyance, mémoire, concentration), relations sociales (personnelles, sociale, vie sexuelle), environnement (ressources financières, niveau de liberté, de sécurité, accès aux soins, logement, transports, loisirs…)
Questionnaire BRIEF COPE sur les stratégies d’adaptation psychologique aux contrariétés (Coping) : recherche de soutien social (émotionnel, pragmatique, spiritualité, expression des émotions), recherche de solutions (planifications), évitement (dénis, désengagements d’activités antérieures), recherche d’éléments positifs (humour, acceptation)


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

ifigénie

28/08/2018 13:08

aucun regret


Ma mère a 93 ans, malade d'Alzheimer a été appareillée au tout début de sa maladie, il y a 10 ans. Mon père entendait, ma mère moins et les discussions étaient difficiles. Entrée en UVA il y a 3 ans, la maladie a fait son chemin et les appareils de maman aussi, mon père était décédé. Mon frère et moi avons décidé de lui changer ses appareils. Difficile de savoir si elle entendait et l'audio était lui aussi bien en peine. Très vite j'ai constaté que maman répétait les mots entendus et que même s'ils étaient déformés, maman était moins seule et pour nous c'était beaucoup moins difficile. Les personnes sourdes ou mal entendantes, on finit par moins s'en occuper et c'est difficile à vivre pour elles d'abord et pour l'entourage.... un peu plus d'isolement.




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -