Agevillage
  >   Actualités  >     >   Et surtout, prenez bien soi...

Et surtout, prenez bien soin de vous !


Partager :

Et surtout, prenez bien soin de vous !

Facile à dire !


Cette petite phrase, les proches aidants disent l’entendre souvent ! Par des intervenants professionnels essentiellement, qu’ils soient du monde sanitaire ou médico-social, à l’issue d’une hospitalisation du proche malade, ou bien encore au moment du départ des soignants venant prodiguer de l’aide ou des soins à domicile…

Lorsque l’on en parle avec les professionnels, ils disent que leur temps est compté, qu’ils ne peuvent s’attarder pour prendre en compte la situation de l’aidant, et qu’en outre, ils ne sont pas formés, malgré leur souci de bien faire ; mais ce qui est sûr et certain, c’est que l’aidant fatigué ou débordé par la situation ne va pas savoir par quel bout prendre cette injonction à « prendre soin de soi ».

La santé des aidants en question


Ce que nous savons et qui est confirmé par des études récentes*, c’est que des proches aidants, pour certains d’en eux, sont lourdement mis à contribution et qu’au fil du temps, cela peut entrainer des problèmes de santé dont les plus fréquents sont la fatigue, un épuisement physique ou psychique et un isolement social auxquels se rajoutent pour une bonne moitié des personnes interrogées lors d’un enquête réalisée il y a trois ans des problèmes de sommeil, de douleurs physiques,  ou pour un quart, une prise médicamenteuse augmentée.

Si l’on prend la définition de la santé de l’OMS, elle se caractérise par « un état complet de bien-être physique, mental et social et ne se réduit pas à une absence de maladie ou d’infirmités ».

Autant dire que nous sommes loin du compte, surtout lorsque les aidants veulent tenir le coup, coûte que coûte, qu’ils s’interdisent d’aller mal, dans un contexte où il se sentent abandonnés par leur entourage qui se raréfie et auquel ils n’osent pas avoir recours.

Alors ils subissent la course du temps, celui qu’il leur est compté, celui qu’ils n’ont plus, celui qui se transforme en mauvais temps, qui prend tant de temps à réparer et à inverser !

Inverser en reprenant la définition de l’OMS, en prenant le risque de proposer aux proches aidants de prendre le temps de veiller à leur bien-être, de pouvoir le revendiquer, et de regagner des points pour se sentir en forme, tout en conciliant les fonctions d’aidant avec les autres domaines de leur vie : vie familiale et amicale, loisirs, activités physiques, activités professionnelles…

Facile à dire !

Améliorer la santé de l'aidant... et de l'aidé


Et pourtant, un proche aidant, en bonne ou meilleure santé sera aussi un aidant qui améliorera la santé du proche qu’il aide et qui peut aussi se sentir accablé ou responsable de la fatigue qu’il occasionne ; il suffit de leur demander !

Et souvent, ils disent qu’ils n’en demandent pas tant, et que le recours à des intervenants professionnels permettrait de retrouver un meilleur équilibre, à condition d’en trouver sur le territoire  parfois démuni de solutions utiles aux personnes aidée, souffrant de maladies parfois invalidantes, à tous les âges de la vie ; mais les situations sont tellement différentes les unes des autres que l’on ne peut pas faire de généralités…

Et pourtant, l’addition de ces singularités génère des points communs :

-    Le défaut d’information utile à laquelle ils peuvent prétendre pour pouvoir prendre les bonnes décisions pour eux-mêmes et leur proche,
-    Les problèmes de santé nécessitant le recours à des médecins formés, notamment la consultation dite « longue » prévue à cet effet,
-    La difficulté de trouver des temps de répit pour se poser et se reposer ou pour vaquer à ses occupations personnelles,
-    La difficulté de concilier vie personnelle et professionnelle.

Accompagner les aidants dans leur prendre soin


Face à ces constats, il nous incombe de développer une société qui prenne soin des aidants, ou qui les accompagne dans leur prendre soin.

Surtout en ne pensant pas à leur place, ne les assignant pas à aider, en écoutant leur parole, en reconnaissant leur place, leur juste place.

En les accompagnant dans leurs capacités à agir afin qu’ils déterminent pour eux-mêmes ce qu’ils peuvent et ce qu’ils veulent.

Facile à dire ?

Alors arrêtons de le dire.

Et parlons-en ! A l’occasion des journées des aidants ?

*Source : Les proches aidants : une question sociétale. Accompagner pour préserver la santé, rapport réalisé par l’Association française des Aidants, février 2016.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Fred

02/10/2018 20:10

accueil de jour


Dans mon village un EHPAD ouvre ses portes pour l'accueil de personnes âgées 4 après midi par semaine. J'ai déposé un dossier pour mon mari qui est en Gir 2. Son accueil a été récusé car trop dépendant et médicaments toutes les 2 heures... Soulager les aidants qui en ont le plus besoin ne semble pas faire partie du projet... Dommage !




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -