Agevillage

Pistes pour lever les freins à l'adaptation du logement

La CNAV et les caisses de retraite se mobilisent


Partager :

La Matinale « Regards croisés sur l’habitat sénior » organisée par Silver Valley avec la CNAV Ile de France a réuni une centaine de professionnels et d'experts ce 3 octobre en région parisienne.
Comment lever les freins à l'adaptation de l'habitat ? Trois questions à Christiane Flouquet, directrice de l'action sociale de la CNAV Ile de France (Caisse nationale d'Assurance Vieillesse).


Agevillage : Quels freins à l’aménagement de l’habitat vous ont le plus interpelée ?

Christiane Flouquet :  Il faut d’abord rappeler que rester chez soi est le souhait d’une majorité de Français. Pour les retraités, le logement n’est pas seulement un lieu de vie mais l’expression de son identité et de son ancrage dans son environnement. D’autant plus qu’ils passent plus de temps à domicile.
Nous identifions plusieurs freins à l’adaptation du logement :
- le statut de locataire ou de propriétaire impacte la capacité ou la volonté de faire des travaux d’adaptation, avec des variations en fonction des ressources et de l’environnement du logement. On ne projette pas son avenir de la même manière en zone rurale ou urbaine !
- le coût des travaux et son corollaire le reste à charge constituent bien sûr un facteur majeur de blocage.

Mais il me parait essentiel d’insister sur le frein moins évident que constitue la perception par l’occupant de l’état de son logement, de l’adaptation de celui-ci au vieillissement : il est difficile d’anticiper cette adaptation nécessaire. Dans le cadre de notre politique de soutien à l’aménagement, nous identifions les besoins et essayons de les traiter avec des aides aux travaux, mais souvent trop tard !

Agevillage : La Cnav Ile de France mise sur le soutien à la prévention dans l’habitat : comment ?

Christiane Flouquet : face à ces difficultés, la Cnav  – et des caisses de retraite en inter-régimes (RSI, MSA) – s'engagent dans le développement d’une sensibilisation à l’aménagement au plus tôt.

Dans un contexte de traitement populationnel des risques, nous intervenons auprès de tous les assurés dès le passage à la retraite par la diffusion de messages via une plaquette, mais aussi par une offre francilienne d’ateliers déployés par le Prif (Prévention Retraite Ile de France).
Six mois après le passage à la retraite, les ateliers "Tremplin" informent sur les comportements favorables au bien vieillir (ateliers développés en partenariat avec la Mutualité française). Nos ateliers soutiennent aussi la notion de "bien chez soi » avec l’opérateur Soliha. Cet atelier aborde toutes les  problématiques liées à l’aménagement de l’habitat en fonction de l’avancée en âge.
Nous avons également développé un site Internet « j’aménage mon logement » créé en 2014 avec Agevillage.com, qui s’appuie sur une démarche pédagogique et ludique.

Agevillage : La Cnav investit aussi le champ de l’habitat social : pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

Christiane Flouquet : La prise en compte du contexte particulier que représente le vieillissement dans le parc social (20% des retraités franciliens vivent dans le parc social) s’est traduit par un rapprochement des différents acteurs. Au niveau national, la CNAV et l'USH (Union Sociale de l'Habitat) ont signé une convention en septembre 2016 et en Ile de France également, des conventions ont été conclues avec les Bailleurs sociaux depuis 2016, ainsi que des actions partenariales avec l’Aorif (Union Sociale pour l'habitat Ile de France).
Pour la Cnav l’enjeu est d’abord la connaissance de ce public afin de faciliter son accès à son offre globale de prévention, par la promotion de comportements et de pratiques (comme l’adaptation des logements et l’accès aux actions collectives).
La mise en œuvre de ces conventions-cadres pluri-annuelles permet de prendre en compte avec souplesse et réactivité les demandes d’adaptation des locataires dans le diffus -jusqu’à 3 500euros dans le logement- mais aussi aux besoins d’adaptation lors de réhabilitations.
Elles prévoient aussi  le développement d’actions partenariales visant à favoriser autrement le bien-vieillir, notamment par l’accès des bailleurs sociaux aux projets innovants soutenus par la Cnav.

Pour bénéficier de ces programmes : contacter la CNAV Ile de France.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Henri Galy

06/11/2018 17:11

MILITANT ASSOCIATIF


Pour ce qui me concerne, je n'ai peut-être pas votre expérience, mais tous les échos qui me reviennent concernent des personnes âgées devenues dépendantes qui se sont retrouvés cloîtrées dans des logements non accessibles aux handicapés moteurs… Et il y en a vraiment beaucoup ! Ce n'est pas pour rien que aucune, je dis bien aucune, association n'a soutenu ce texte. Le chiffre de 600 000 n'a aucun sens concret. Je vous renvoie à ce document qui aide à démonter les lieux communs dont nous avons été abreuvés par le gouvernement : https://www.cdthed.fr/joomla16/news/270-loi-elan-logement-accessible-adapte-evolutif%20-demelons-le-vrai-du-faux.html



Jean-Philippe

01/11/2018 06:11

Aides Financieres


Pour les aides financières, un site regroupe toutes les aides à la fois pour l’isolation et l’adaptation des logements, des aides à l’échelon national jusqu’aux aides locales de votre commune : www.aidesauxtravaux.fr



Jean-Philippe

01/11/2018 06:11

Loi Élan


Bonjour, en réponse à Henry, attention à ne pas tout mélanger avec la loi ELAN. Dans ce texte l’adaptation des logements concerne le Handicap en fauteuil roulant soit à ce jours un peu plus de 600 000 personnes en France. Hors un logement adapté à une personne en fauteuil ne l’est pas forcément pour une personne agée qui n’aura par exemple pas besoin d’un cercle de giration dans la salle de bain si elle n’est pas en fauteuil ! Pire une salle de bain trop Grande peut être dangereuse pour une personne âgées qui perdrait des « points d’appui naturels » aggravant le risque de chutes. Si l’on peut à peu près normer le logement pour la circulation en fauteuil roulant, c’est au cas par cas pour les personnes âgées qui, qui plus est, si elles se retrouvent en fauteuil, n’auront pas toujours la force de se diriger elle mêle avec un fauteuil. Donc attention aux raccourcis entre Mobilité Handicap et Mobiluté Grand Âge dans le logement. Merci.



Henri Galy

09/10/2018 12:10

militant associatif


Avec le projet de loi ÉLAN qui prévoit de diviser par 5 le nombre d'appartements accessibles à la construction, le gouvernement prépare une société inadaptée au vieillissement. Les aides financières ne permettront pas de pallier cette catastrophe annoncée.




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -