Agevillage

Vieillir actifs à la campagne

Habitats, initiatives, emplois


Partager :

"A quoi bon", "je ne suis plus bon à rien", "ce n'est plus de mon âge", "A quoi je vais bien pouvoir servir ?"... Ces affirmations pessimistes et défaitistes sont souvent entendues dans la bouche des plus âgés. Mais qu'en est-il quand les artistes leur proposent de se mettre en scène avec Théâtre Eprouvette dans la Nièvre ? Quand les associations de retraités aident les entrepreneurs (ECTI) ? Quand les retraités aident à développer une silver économie nationale et surtout locale ?
C'est ce que démontrent les experts de la revue du Grep : Groupe Ruralités, Education et Politiques dans son dossier "vieillir actifs à la campagne".

Les grands-parents repères, génération pivot


Quand les familles évoluent, se recomposent, les grands-parents sont la génération repère. Elle a un rôle pivot entre la ou les générations qui précèdent et celles qui suivent jusqu'aux petits-enfants, souligne Claudine Attias-Donfut (Cnav, associée au centre Edgar Morin, Cnrs/Ehess). C'est bien la première fois dans l'histoire de l'humanité que les plus jeunes ont trois voire quatre ascendants vivants. Cette réalité de co-existence pousse à inventer de nouveaux modes de relations entre les générations.

Les vieux (et leurs proches aidants) actifs dans l'économie résidentielle
Rénovation de l'habitat, adaptation des logements, commerces de détail, services d'aides à domicile, habitats alternatifs comme les Marpa, les béguinages, les colocations jusqu'aux résidences autonomie et aux Ehpad, premiers employeurs de nombreux territoires... les plus âgés sont une ressource pour l'économie résidentielle. Ces retraités dépensent le plus souvent sur-place (et non sur leur lieu de travail). Ils participent à inventer les habitats de demain où l'on pourra vivre ses choix et prendre des risques, comme le suggère le programme de la Fondation de France.

Les vieux (et leurs proches aidants) actifs dans l'économie solidaire


Si les retraités se mettaient en grève, comment fonctionneraient les associations, les collectivités locales, les gardes d'enfants, l'aide aux personnes fragilisées ? interroge un brin provocateur le sociologue Serge Guérin. Bénévolat, initiatives inter-générationnelles, développement de l'emploi local... les initiatives inventées et portées par les plus âgées méritent d'être connues pour essaimer et donner envie, partout dans les territoires, souligne l'association l'Or Gris.

Les vieux (et leurs proches aidants) actifs, créatifs et connectés

Activités physiques adaptées dans des jardins partagés et intergénérationnels, partages de l'histoire locale, du patrimoine culturel, cantines partagées, conciergerie, recyclerie, mais aussi espaces publics numériques... les seniors sont à la fois la cible mais aussi les acteurs de programmes de prévention, de lutte contre l'isolement et de dynamiques culturelles.

Leurs multiples talents gagnent à être connus dans cette nouvelle société de la longévité.

Pour
La revue du Grep : Groupe Ruralités, Education et Politiques
n°233 - Septembre 2018
25 euros
www.revuepour.fr


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -