Agevillage

Ma mère accuse son aide à domicile de vol, que faire ?

Eclairage pratique et juridique


Partager :

La question de Christiane L.

Ma mère ne retrouve pas son collier de perles, et accuse l’aide à domicile de lui avoir volé. Seulement, ma mère souffre d’une maladie neurodégénérative et a déjà rangé des objets dans des endroits incongrus. Cependant, nous avons fouillé la maison sans mettre la main sur le collier, que pouvons-nous faire ?

La réponse d’Agevillage


Votre question est délicate, même si ce type de situation arrive fréquemment. Dafna Mouchenik, fondatrice de l’agence d’aide à domicile LogiVitae (Paris), raconte une anecdote similaire dans son livre Derrière vos portes, paru en mars 2018.

« C’est un grand classique, avec ou sans troubles cognitifs ! », confirme-t-elle. Pour elle, le premier réflexe doit être d’alerter le service d’aide à domicile.

Mais s’il est essentiel d’ouvrir le dialogue, il ne s’agit pas de porter des accusations pour autant.

Agir avec mesure

 « Avant tout, il faut garder la tête froide et envisager toutes les possibilités : peut-être que l’objet a été caché et oublié ? Ou perdu ? Quelles sont les autres personnes qui ont accès au domicile : d’autres professionnels, des voisins, des membres de la famille ? », conseille un professionnel de l’aide à domicile.

Car accuser une personne nommément de vol entraine des répercussions personnelles, professionnelles et judicaires.

En cas de certitude, il faudra en revanche aller porter plainte au commissariat ou à la gendarmerie  : l’employeur n’a que le pouvoir de prendre des sanctions professionnelles.

Et si l’aide à domicile est employé en direct ? « Si le particulier employeur n’a que des soupçons sans preuve formelle il n’est pas conseillé d’intenter une action disciplinaire pour vol », répond l’équipe juridique de la Fepem.

« Toutefois puisqu’il y a eu vol dans son domicile privé il peut se déplacer au commissariat afin de déposer une plainte pour vol contre X afin qu’une enquête soit diligentée. »

Prévenir les risques


Pour éviter d’être confronté à ce type de situation, quelques précautions peuvent être prises. « La confiance n’empêche pas la prudence », souligne Dafna Mouchenik.

Elle conseille, tout comme son confrère, de ranger bijoux, carte bancaire et chéquier.

Pour les courses, il est possible d’opter pour une carte bancaire prépayée, si on ne souhaite par confier son porte-monnaie.

Et en cas de méfiance importante, il est possible d’installer une caméra, à condition de respecter la législation et d’en informer, notamment, l’aide à domicile.

Dernier conseil d’un professionnel du secteur, « informer le service si la relation entre aide à domicile et personne âgée n’est pas très bonne : la qualité de la relation joue fortement sur les soupçons. »


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -