Agevillage

Heure d'été : conseils pour continuer à bien dormir


Partager :

Avec l’âge, les troubles du sommeil deviennent souvent plus fréquent et le changement d’heure de ce week-end peut avoir un impact sur les nuits des personnes âgées. Voici quelques conseils pour retrouver des nuits réparatrices. 

Plus d’écrans = moins de sommeil 


D’après une étude Ipsos pour la fondation Adova, 78 %  des Français interrogés considèrent que l’on dort moins bien aujourd’hui qu’avant.

Nos modes de vie ont évolué et la multiplication des écrans dans notre société a un impact réel sur la qualité de notre sommeil. Il est fortement conseillé de laisser son smartphone ou tablette de côté et d’éteindre son téléviseur avant d’aller se coucher. Ces écrans produisent une lumière qui impacte la production de mélatonine, l’hormone du sommeil.

Sortez, bougez ! 


Si l’exposition à la lumière dégagée par les écrans est néfaste pour notre sommeil, la lumière naturelle est elle bienfaitrice. Il est vivement recommandé à toutes les personnes qui ont des troubles du sommeil d’avoir une activité quotidienne à l’extérieur. 

Attention à ce que vous mangez ou buvez


Bien évidemment, les boissons excitantes sont proscrites le soir mais il est aussi conseillé de surveiller son repas du soir et d’éviter de manger trop riche.

Par ailleurs, les médicaments peuvent être la source d’un sommeil saccadé et il vaut mieux en parler à son médecin pour adapter son traitement. Certains médicaments créent des insomnies et d’autres ont des effets diurétiques.

La prise de somnifère ou compléments alimentaires doit aussi être notifiée à son médecin. Même la mélatonine, considérée comme médicament si dosée à plus de 2 grammes, peut être incompatible avec certains traitements. 

La Société française de gériatrie & gérontologie recense les bonnes pratiques à suivre en cas de troubles du sommeil et rappelle que ceux-ci ne sont pas forcément synonymes d’un mal plus profond. Il est possible d’améliorer son sommeil dans la plupart des cas et un mauvais sommeil ne constitue pas nécessairement une insomnie. 

Cependant les personnes âgées sont plus à même de développer des apnées du sommeil provoquant des arrêts du flux respiratoire. Le syndrome des jambes sans repos qui se distingue par des impatiences au niveau des jambes est aussi plus fréquent avec l’âge et peut entraîner des insomnies. Dans les deux cas, il est conseillé de se renseigner auprès de son médecin.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -