Agevillage
  >   Actualités  >     >   Seniors propriétaires : que...

Seniors propriétaires : que faire de son logement ?


Partager :

« Comment entretenir et adapter le logement une fois à la retraite ? Faut-il rester dans le même logement ou déménager dans un logement plus adapté pour la vieillesse ? Quelle place accorder à la transmission du patrimoine immobilier résidentiel ? » Des questions qui se posent pour les 74 % de ménages français de 65 ans et plus qui sont propriétaires de leur résidence principale.



Entretenir ou adapter le logement



La Caisse nationale d’Assurance vieillesse (Cnav) a décortiqué le rapport au logement des personnes qui vieillissent.

Elle a pu observer que les aménagements sont apportés au coup par coup, avec une priorité sur les travaux générant des économies d’énergie (fenêtres PVC, isolation…).

Les aménagements les plus onéreux sont souvent entrepris avant la retraite, en prévision de la baisse de revenus qui va découler de l'arrêt de l'activité.

Après la retraite, de nouvelles modifications, moins ambitieuses, sont apportées, comme la transformation d’une pièce du rez-de-chaussée en chambre à coucher.

Pourtant, les plus âgés peuvent être accompagnés dans des travaux plus importants par la fédération Soliha. Conseils, établissement du programme de travaux, recherches de financement, vérifications des devis… Ces professionnels peuvent venir en renfort à toutes les étapes du projet.

Rester dans le même logement ou déménager dans un logement plus adapté



Partir ou rester, un vrai dilemme pour nombre de propriétaires vieillissants. Pour se décider avant que la situation ne laisse plus le choix, pourquoi ne pas tester plusieurs formules ?

Les résidences services peuvent par exemple proposer des courts séjours, une façon de mieux connaître les lieux pour se faire sa propre opinion.


Certains préfèrent déménager dans un logement adapté au sein du parc privé classique, mais plus proche du centre-ville par exemple et moins grand, donc plus facile à entretenir. De plus en plus de communes, de bailleurs sociaux développent ce type d’offre, à Angers par exemple, mais aussi dans des communes plus rurales, comme Glisy dans la Somme.

Transmettre son patrimoine immobilier


Si la grande majorité des propriétaires est attachée au fait de laisser leur patrimoine immobilier à leurs descendants, mais faut-il attendre le décès du propriétaire pour autant ? Les transferts de patrimoine du vivant du propriétaire favorisent la solidarité familiale, et sont largement incités sur le plan fiscal, rappelle la Cnav.

Il existe d’ailleurs plusieurs options, permettant notamment d’éviter les frais de succession, qui peuvent peser lourd sur les héritiers.

La donation, qui permet aux personnes âgées de moins de 80 ans de transmettre un bien mobilier, immobilier ou une somme d’argent dont la valeur ne dépasse pas 100 000 euros tous les 15 ans (et donc 200 000 euros pour deux parents).

Attention toutefois car en cas de donation simple, la valeur du bien donné peut être réévaluée au moment de la succession pour le calcul de la part d’héritage.

Pour éviter les conflits, mieux vaut opter pour une donation-partage, où la valeur des biens transmis prise en compte est celle du jour de la signature de la donation.

Pour les biens les plus importants, il peut être utile de constituer une société civile immobilière (SCI) entre parents et enfants.

Dans tous les cas, il est essentiel de prendre conseil auprès d’un notaire et/ou d’un avocat spécialisé.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -