Agevillage

Le business du placement en maison de retraite épinglé par 60 millions de consommateurs


Partager :

60 millions de consommateurs janvier 2010Le magazine "60 millions de consommateurs" n°455 de janvier 2010 s'intéresse au "Business du placement en maison de retraite".

Des agences ont en effet fleuri pour aider les familles en plein désarroi, à trouver rapidement, souvent dans l'urgence (sortie d'hospitalisation), une place adaptée en maison de retraite médicalisée.

L'idée initiale vient d'un gériatre qui avait monté, en 1988, l'association Retraite Assistance, dont les bénévoles visitent et sélectionnent les maisons.
Le service est gratuit aux familles, et ce sont les établissements qui payent pour chaque personne admise selon la durée de séjour, le confort recherché, l'état de santé du résident accueilli.

De 600 à 1500 euros le placement.
Le business a séduit des entreprises  comme le leader "Cap retraite", et son concurrent "Retraite plus" (un ancien de Cap retraite explique "60 millions de consommateurs").
Des groupes de maison de retraite leader comme "Korian" et "Orpéa" affirment au magazine que le chiffre d'affaire amené par ces agences reste marginal au regard de leurs actions commerciales.
Néanmoins la présidente de "Retraite Assistance" témoigne de demandes répétées de directeurs d'établissements "qui peinent  actuellement à remplir" (ndlr : coût moyen d'une maison de retraite : 2200 euros/mois selon la dernière enquête de l'IGAS).

"60 millions de consommateurs" a testé ces service et demandé une place dans une résidence de l'Aisne. Résultats : des propositions d'établissements "dans le collimateur des autorités sanitaires", ou d'autres ayant fait l'objet d'injonctions de la part de ces autorités.
"Nous n'avons pas accès à ces informations" plaide le responsable de la communication de "Cap Retraite". Comment cette société localisée à l'étranger (en Israël) peut-elle visiter et sélectionner des établissements en France s'interroge "'60 millions de consommateurs" ?
Elle se targue de partenaires comme "ALMA" ( Allo maltraitance), qui le réfute, "France Alzheimer" qui a obtenu le retrait de son logo.
Ces société abreuvent de documentations leurs prescripteurs que sont les services sociaux des hôpitaux.

"60 millions de consommateurs" cite Nora Berra, secrétaire d'Etat chargée des Aînés, qui "veut rendre obligatoire, au besoin par la loi, la publication et la diffusion d'une évaluation indépendante et sérieuse, lisible pour nos concitoyens, de chacun des établissements susceptibles d'accueillir des personnes âgées". 200 établissements ne sont pas conformes aux obligations de médicalisation. Ils ont jusqu'au 31 mars pour se mettre en conformité ou fermer.

"60 millions de consommateurs" propose quelques conseils pour trouver une place, si possible en prenant son temps :
- trouver l'aide d'organismes publics ou para-publics : CCAS (Centre communal d'action social), CLIC (centre local d'information et coordination)
- Solliciter les élus, les caisses de retraite, mutuelles
- visiter , comparer  (à partir d'annuaire comme celui d'Agevillage.com)
- Lire le contrat de séjour, règlement de l'établissement, regarder l'organisation des équipes (conseil de la FNADEPA : fédération de directeurs d'établissements)
- vérifier que la maison n'a pas fait l'objet de signalement à l'association AFPAP par exemple

Retrouvez l'article d'Agevillage sur ces agences de placement ou centrales de réservation.

Agevillage propose à ses lecteurs qui souhaitent être aidé directement par une agence de s'adresser à l'association Retraite Assistance.
Formulaire en ligne de demande de renseignements


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Alcanabal

21/08/2016 13:08

Finances et dépendance


Par définition, une personne dépendante à besoin d'assistance or en France il est impossible pour un EHPAD de fournir une prestation correcte à un prix bas, les 2 postes qui coutent le plus cher sont: 1 l'hébergement (construction, entretien) et 2 la masse salariale. Sachant qu'il faut idéalement 1 soignant pour 1 résident c'est impossible à faire sauf à faire payer 5 à 6.000 euros par mois aux familles autant dire que c'est impossible dans 99% des cas. Ajoutez à cela que la majorité des grands groupes sont côtés en bourse et que par conséquent ce sont avant tout des financiers. Nos parents, nous ont donné la vie, ils nous ont élevé, donné une bonne éducation, bien souvent aidé à de multiples occasions de la vie, quelle fin de vie voulons-nous pour eux? La solution existe, elle ne peut se faire que par des pays ou le coût de la main d'oeuvre est plus bas à qualification égale car c'est l'humain qui est au coeur du dispositif et pas la finance. La Tunisie va devenir un acteur majeur de la prise en charge de la dépendance, c'est une volonté du gouvernent Tunisien de promouvoir l'export de soins et le son savoir faire en matière de santé. Désormais, il existe des résidences médicalisées ou vous trouvez des conditions d'hébergement hôtelier 4* ainsi que du personnel en nombre suffisant avec un ratio de 1,5 employé par résident dont 1 soignant par résident c'est la garantie d'une bonne prise en charge dans des conditions optimales, quand au prix il se situe dans la moyenne nationale de 2.600 euros/mois, c'est donc une alternative sérieuse à prendre en compte si on veut le meilleur pour ses parents...



vero

18/09/2013 12:09

Korian machine à sous


Effectivement le chiffre d'affaire du groupe Korian vient surtout des économies faites sur les frais: personnel non remplacé, couches changées 2 fois par jour et par pensionnaire, alimentation minimum, ménage minimum, zéro humanitude, personnel débordé... mais c'est vrai, les actions Korian en bourse montent, la maison Magenta Korian à Paris 10ème a fait + 25 % de chiffre d'affaire en 2012.... sans augmenter le nombre de pensionnaire ...



JAJA

13/01/2010 08:01

Machines à Fric...


Pour avoir eu recours aux besoins d'un accueil tempraire pour ma mère l'été dernier afin de me reposer d'un accompagnement complet qui durait depuis plus de trois ans (toilette et prise en charge H24...)et étant une professionnelle du secteur Seniors (responsable d'un service dans une mairie) : je peux affirmer que l'accueil temporaire est difficile à trouver et que les établissements que j'ai visités m'ont complètement épouvanté : tous ces"vieux grabataires"que l'on laisse dans des salons seuls, désoeuvrés sans personnel pour tout simplement apporter si ce n'est qu'un peu de chaleur humaine; Il faut visiter les établissements le week-end c'est attérant ! plus de contrôles me semblent impératif si l'on veut améliorer tous ces établissements qui ne sont là que pour faire du fric... Anédocte : j'ai visité un samedi après midi un Ets : deux dames prenaient le goûter dans un petit salon et mettaient des miettes de biscuits par terre : la directrice de dire aux dames "Ah mesdames faites attention de ne pas salir vous savez bien que le WE nous n'avons pas de personnel pour nettoyer... et les dames de répondre "oh excusez_nous Madame X"




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -