Agevillage
  >   Actualités  >     >   Robert Hugonot, un des père...

Robert Hugonot, un des pères de la gérontologie et de la gériatrie et éclaireur dans la lutte contre la maltraitance s'en est allé

"Allo Maltraitance personnes âgées" -Alma France- : il en était le créateur


Partager :

PROFESSEUR HUGONOT ALMAMédecin gérontologue, co-fondateur du Centre pluridisciplinaire de gérontologie de Grenoble et fondateur du réseau Alma (Allô-Maltraitance des personnes âgées), le professeur Robert Hugonot est décédé le 8 janvier 2010.

Professeur agrégé de médecine du Val de Grâce, ancien Président de la société française de gérontologie, président fondateur de la société Rhône-Alpes de gériatrie, co-fondateur avec le professeur Pequignot de la revue « Gérontologie », le pr. Robert Hugonot est l'auteur de plusieurs ouvrages de référence sur le sujet de la maltraitance des personnes âgées.

Avec le professeur Philibert, philosophe, le professeur Robert Hugonot a créé en 1970 le Centre Pluridisciplinaire de Gérontologie de Grenoble. Centre spécialisé de l’Université Pierre Mendès France de Grenoble, ce centre a vocation à promouvoir une gérontologie sociale soucieuse de comprendre le vieillissement et la vieillesse en tant qu’expériences subjectives et plurielles inscrites et déterminées par des contextes politiques, économiques, culturels et sociaux, historiquement datés. Deux fondements
essentiels structurent son activité :
- l’approche et la lecture pluridisciplinaire du vieillissement et de la vieillesse.
- des postulats éthiques reconnaissant à toute personne, quelles que soient les altérations de l’âge ou de la maladie, une égale dignité jusqu’au bout de sa vie.

En 1987, alors que le Conseil de l’Europe s’est saisi du problème des “violences au sein de la famille ”. Robert Hugonot, a été invité à présider le groupe chargé d’étudier les violences contre les personnes âgées. Sous le nom de “violences et négligences”, le rapport final du groupe de travail a permis d’appréhender les violences physiques, les violences morales et psychologiques (injures, exclusion, non-respect des droits, etc.), les violences financières (héritage anticipé, spoliations diverses), les violences médicamenteuses (excès de neuroleptiques ou privation de médicaments), les brimades (ligotage sur un siège, privation de liberté) ou les négligences (l’oubli).

La décision de répondre au problème de la maltraitance des personnes âgées par la mise en place d’un réseau national d’écoute téléphonique a été prise en 1994 pour tenter de répondre à ce constat de l'existance, tant en famille qu’en institution de la maltraitance de personnes âgées, phénomène  réel mais resté secret, tabou et invisible, d'autant que les victimes se plaignent rarement elles-mêmes.

Mis en place sur 6 sites, le réseau ALMA se développe alors  progressivement. Il fait appel à des retraités bénévoles, formés à l’écoute et aux différents aspects de la maltraitance des personnes âgées. Ce choix d’employer des bénévoles s’est imposé à la fois en raison du manque de moyens financiers et d’une volonté d’amener les retraités eux-mêmes à mieux prendre conscience des risques de maltraitance liés au grand âge. Ecouter le Pr. Hugonot présenter le réseau Alma.

En 2008, pour mettre au point et lancer le 3977, dispositif d'accueil téléphonique pour le signalement de cas de maltraitance Valérie Létard, alors secrétaire d'Etat à la solidarité, s'est appuyée sur le travail réalisé par les associations ALMA et AFBAH. Ecouter l'intervention du Pr. Hugonot lors du lancement du 3977. Mais "malgré le grand désir des politiques de "faire du volume", ce sont les antennes implantées sur les territoires qui interpellent les personnes âgées maltritées, les aidants, les professionnels. Contrairement au 119 de l'enfance maltraitée, nos concitoyens privilégient la proximité, les organisations capables de les secourir concrètement" confiait-il. Retrouver notre article

Auteur de "La Vieillesse maltraitée" (2003), Robert Hugonot martèle dans un nouvel ouvrage "Violences invisibles" que "rien ne remplace l'expérience et l'expertise".


Le "Pont d'Alma", bulletin associatif du réseau Alma France dédie en ce mois de janvier 2010 un numéro spécial à Robert Hugonot.

"Découvrir le besoin, inventer la réponse : un créateur." Le Pr. Robert Moulias, dans son éditorial, reconnaît celui qui a su conceptualiser le phénomène de maltraitance et trouver une "réponse faisable, compétente, efficace, peu honéreuse : le réseau ALma".
Le Pr. Alain Franco retrace le parcours de Robert Hugonot : médecin, enseignant, chercheur, rédacteur, rassembleur, bâtisseur, voyageur et missionnaire de la gérontologie, politique, défenseur de l'humain vulnérable, homme.
Françoise Busby, directrice d'Alma France, témoigne avec gratitude et émotion de ses années de collaboration auprès d'un "fou" 
Dans ce document aussi les hommages de Nora Berra (secrétaire d'Etat chargée des aînés, Fabrice Heyriès (DGAS), Saïd Hajem,
gériatre tunisien), Catherine Ollivet (Présidente Alzheimer 93), Pr. O. Rodat, président du comité éthique d'Alma France.

Télécharger le "Pont d'Alma" Janvier 2010

Lire aussi
- Comment maltraiter un vieillard en 10 leçons ?
- De la gérocomie à la gériatrie


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -