Agevillage
  >   Actualités  >     >   Le concept de la borne musi...

Le concept de la borne musicale Mélo

La musique apaise, calme la douleur et réduit l’anxiété, elle stimule et avant toute chose, elle apporte… du plaisir et de la bonne humeur.


Partager :

Borne musicale méloLa borne Mélo : 2000 musiques, 2 prix de l’innovation et de multiples fonctions pour que chaque résident accède aux répertoires des chansons qu’il aime. Et au regard de 2 ans d’observation, une solution qui tend à améliorer le confort de vie des personnes âgées qu’elles soient autonomes, à mobilité réduite ou désorientées (ce concept sera visible au colloque des approches non médicamenteuses de la maladie d’Alzheimer  les 3 et 4 novembre à Paris).

Retour des utilisateurs

Cette gérontechnologie s’installe dans toute la France et, depuis peu, en Suisse. Chaque établissement se l’approprie à sa façon et de manière différente chaque jour : en écoute libre, avec ou sans plages horaires, en animations musicales, dans un salon musical dédié ou dans des endroits différents au cours de la semaine... M. Roger, directeur dans le 77, exprime d’ailleurs son étonnement : ‘’Après 9 mois d’installation, la borne est utilisée tous les jours, ce qui est rare pour un matériel d’animation’’.

Concept né d’une étude

Le concept est né du résultat d’une étude menée avec l’Université de Bourgogne qui concluait que les résidents en établissement de retraite ont actuellement un accès médiocre au répertoire des musiques qu’elles aiment. Deux raisons à cela : le matériel hifi n’est pas adapté : impossible d’appuyer sur les trop petits boutons de la chaîne stéréo, impossible d’ouvrir une boîte plastique de CD (faites le test), impossible de conserver un répertoire complet de disques en collectivité (casse, ‘’disparition’’)… Ce non accès musical est d’autant plus dommageable et anachronique que ‘’la musique est l’activité préférée des personnes âgées’’ (source INSEE).  

2 années et 3 phases de développement :

Depuis le lancement, la borne ne cesse d’évoluer : nouvelles fonctions, ajout de nouvelles musiques, création de nouveaux jeux. Cette évolution se fait avec l’appui de l’équipe d’animatrices et du psychologue de la maison de retraite du Canada au Creusot mais aussi grâce à tous les retours et idées que donnent les animateurs qui utilisent déjà la borne Mélo.

1) De l’autonomie et de la stimulation

La borne méloDès le départ, un travail sur l’ergonomie de la borne a été engagé pour qu’un maximum de résidents la programme de manière autonome. La solution : un répertoire papier et un clavier grosses touches plutôt qu’écran tactile (n’oublions pas que nos ‘’mamies’’ nous interdisaient de mettre les doigts sur la TV !). Pour le répertoire musical 300 personnes âgées ont été interrogées. Résultat : pour les satisfaire, la borne a besoin de 2000 musiques des années 20 à 90.

Pour donner un exemple d’évolution du concept, parlons du carillon. Dès la première version de la borne Mélo, la fonction musique aléatoire existait (la borne enchaîne des chansons de manière continue). Nous nous sommes aperçu que la tentation était trop grande de laisser la borne jouer toute seule pendant des heures créant une ambiance de ‘’cafétéria’’ (les musicothérapeutes indiquent qu’après 1h30, la musique devient de la ‘’soupe’’ et du bruit). Ainsi nous avons créé le carillon. Toutes les heures, il reproduit les cloches de Big Ben (souvenez-vous des horloges de nos grands-mères) puis 2 chansons au hasard succèdent au carillon. Cette fonction apporte un repère temporel à la personne âgée et lui offre 7 min de musique par heure. Et l’on s’est aperçu que lorsque la seconde chanson s’arrête, cela pouvait créer une ‘’frustration positive’’ (pourquoi la musique s’arrête ?) qui stimule le résident et l’invite à programmer un autre morceau.

2) Un bras droit pour l’animateur

La seconde phase a été le travail réalisé sur les jeux. Dans le loto musical (imaginé par l’animatrice Laurence Poulios) nous avons changé les chiffres par des chansons à reconnaître. Ce jeu est certainement le meilleur que propose la borne aujourd’hui (certains ont peut être vu le reportage de France 3 sur ce sujet). Au regard du succès, nous préparons un loto musical sur la grande musique classique. On trouve aussi dans la borne le loto ‘’normal’’, les questions quiz, les 250 paroles de chansons écrites en gros, la fonction diaporama, etc. Tous les 6 mois, toutes les bornes sont enrichies de nouvelles activités. Ainsi 2 nouveautés seront bientôt installées : l’alphabet des sons (association ‘’un son’’ ‘’une lettre’’, pour jouer avec les mots) et un jeu qu’on appelle ‘’la tapette à mouche’’, un jeu intergénérationnel qui associe un élève de primaire et un résident. Le but est, au travers d’un jeu très simple (cartes et sons rigolos), de provoquer du rire. 

3) Des fonctions musicales dédiées aux personnes désorientées

Comment faire en sorte de ‘’reconnecter’’ le public des résidents dit ‘’désorientés’’ avec la musique qu’il aime ? Cette question, ce sont deux années de témoignages et d’anecdotes qui nous amènent à nous la poser. Cette dame qui est coupée du monde (ni parole, ni regard) et qui s’illumine et chante sur certaines musiques, ce résident acariâtre qui change de comportement pour devenir le ‘’DJ’’ au service des autres résidents,  ce monsieur reclus depuis 3 ans dans sa chambre qui s’installe maintenant à côté de la borne, ou ce témoignage récurrent  ‘’les malades d’Alzheimer se ‘’requinquent’’ grâce à la musique’’.  Depuis 6 mois nous multiplions les contacts avec les chercheurs, musicothérapeutes, psychologues*… L’objectif est de bien comprendre les mécanismes pour créer des solutions. Par exemple, demandez à un malade Alzheimer quelle est sa chanson préférée ! Mémoire immédiate, il ne pourra pas vous répondre. En revanche, mettez-lui sa chanson et il sera capable de la chanter par cœur du premier au dernier mot.  Nous testons actuellement une nouvelle fonction logicielle de la borne Mélo qui permettra au personnel soignant de mettre en relation le malade d’Alzheimer et son répertoire de chansons préférées.

Le pari de la borne Mélo est là : inventer, développer pour que tous les résidents des maisons de retraite aient accès, quel que soit leur degré d’autonomie, au plaisir universel de la musique.  

En conclusion :

Alors que l’ensemble des animateurs que nous rencontrons plébiscite l’intérêt de ce nouvel outil, beaucoup trop de directeurs gestionnaires n’ont pas encore perçu que l’ère de la chaîne stéréo inutilisable par les personnes âgées, est dépassée. Intégrer un établissement de retraite et ne pas avoir un accès correct au répertoire de musiques qui a traversé sa vie, est un anachronisme qui va à l’encontre du minimal de la démarche de qualité (et que chacun d’entre nous refuserait s’il était résident : imaginez vous sans Mozart, sans les Beatles ou sans Bénabar ?). Qu’on se le dise, car ils le disent, chercheurs, neurologues, musicothérapeutes, personnels des établissements, la musique est médicalement bienfaisante : dans notre cerveau, nous disposons de plus d'espace pour la musique que pour le langage, elle anime des parkinsoniens incapables de se mouvoir, elle parvient à restituer des souvenirs chez les patients atteints d'Alzheimer… Et au-delà des spécialistes, il suffit d’observer une personne âgée en situation d’écoute : la musique apaise, calme la douleur et réduit l’anxiété, elle stimule et avant toute chose, elle apporte… du plaisir et de la bonne humeur.

En savoir plus sur la Borne Mélo : www.11plus.fr

contact@11plus.fr

Voir la conférence du P. Bigand : Musique, empathie et cohésion sociale

Lire aussi Musicophilia du neurologue Oliver Sacks


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article. (1 en attente)


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -