Agevillage
  >   Actualités  >     >   L'aide familiale à la perso...

L'aide familiale à la personne malade correspond à 3000 euros/mois selon une étude de France Alzheimer

Le prix du maintien à domicile


Partager :

Les rencontres nationales France Alzheimer, ce 14 décembre 2010, étaient l'occasion de fêter les 25 ans de la fédération.
Aide à la recherche, formation des bénévoles et des aidants, mobilisation pour les débats du futur "5ème risque" annoncé par le Président de la République pour financer l'aide aux personnes fragilisées, malades.


Etude socio-économique sur le restant à charge des familles
Marie-Odile Desana, présidente de France Alzheimer, présente les principaux résultat d'une étude qui a fait l'objet d'une enquête qualitative auprès de 88 aidants et d'un questionnaire en ligne auquel 378 personnes aidantes ont répondu.
Ils ont 66 ans en moyenne, 56% sont des conjoints, 43% d'enfants, 70 sont des femmes, 73% sont retraités.

1 000 euros c'est le restant à charge moyen tout mode d'hébergement confondu (à domicile, en établissement d'accueil) alors que les pensions de retraite sont de 1095 euros/mois.
Reste à charge détaillé
De 550 à 590 euros à domicile + investissement de l'aidant familial qui s'accentue avec la maladie malgré l'APA
De 2100 à 2500 en établissement d'accueil

Les principales dépenses à domicile
- Les protections pour l'incontinence (58%)
- les auxiliaires de vie (52%)
- L'accueil de jour ou les hébergements temporaires
- La participation à l'entretien de la maison (39%)
- Les frais de transports (16 %)
- les produit de soin corporelle et hygiène (10%)

6,5 heures/jour = temps consacré par l'aidant aux activités spécifiques en lien avec la maladie d'Alzheimer de leur proche.
2,30 heures/jour en établissement
Ces 6,5 heures/jour sont valorisée à 3000 euros, calculés sur la base de ce que recevrait une autosimilaire de vie pour effectuer le même travail à domicile.
Malgré cet investissement et l'aide apportée par les services professionnels, les besoins des personnes malades ne sont pas couverts et l'aidant tend à s'épuiser dans cet accompagnement quotidien.
L'aidant se mobilise au détriment de sa santé, de ses loisirs, de sa vie personnelle, précise Me Desana. Elle insiste sur l'importance du débat qui va s'engager sur le 5ème risque.

Les activités des aidants au domicile
Elles couvrent les besoins de la vie courante à savoir
- la préparation des repas (73%)
- la surveillance diurne
- l'aide à la prise des repas
- l'entretien de la maison
- les sorties et transports
- les tâches administratives
- l'aide à la toilette
- les aides au lever et au coucher
- l'habillage
- la surveillance nocturne
- les activités de stimulation cognitive

L'étude détaillée sera disponible chez France Alzheimer début 2011.


Voir la présentation en images de Marie-Odile Desana


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -