Agevillage
  >   Actualités  >     >   Pas-de-Calais Habitat équip...

Pas-de-Calais Habitat équipe la résidence intergénérationnelle « Ilot Bon Secours » d'un portail numérique de services

Un lieu de vie adapté au vieillissement de la population et au handicap connecté


Partager :

Résidence Ilot bon secoursAllier mixité sociale et mixité intergénérationnelle était l’intention de Pas de Calais Habitat  en créant l’îlot "Bon Secours", un ensemble immobilier qui accueille des couples avec ou sans enfants, des personnes âgées mais aussi de jeunes adultes trisomiques.
Pour prévenir l’isolement des uns ou des autres et favoriser la solidarité entre voisins au sein de la résidence et de son environnement proche, Pas-de-Calais Habitat a multiplié innovations sociales et technologiques.
A titre d’exemple : le portail numérique de services en cours d’installation, par le bailleur social, dans chaque logement de la résidence ainsi que chez certains habitants et commerçants du quartier.

L’ancienne clinique Bon Secours, située dans le quartier de la Préfecture à Arras, est devenue une résidence de 70 logements gérés par Pas-de-Calais Habitat. L’architecte Nadia Breitman a préservé l’identité et le cachet du bâtiment du 19ème siècle et réussi à créer un espace où se côtoient, « en parfaite harmonie » indique l’opérateur, habitats de qualité, jardin suspendu, salles de vie collective, supérette et conciergerie…
 
Pour faciliter le quotidien de ses locataires, rompre leur éventuel isolement les soixante-dix appartements de l’îlot Bon Secours et  une dizaine d’habitants et commerçants du quartier bénéficient  d’un portail numérique de services installé sur l’ordinateur familial ou sur une tablette numérique mise à disposition par le bailleur social.  Ce portail favorise la communication entre les résidents, leurs proches et les habitants du quartier…

Les fonctionnalités du portail :
- la messagerie interne offre l’accès direct avec l’animatrice intergénérationnelle de la résidence ou entre voisins,
- la visiophonie permet aux parents des jeunes adultes trisomiques de continuer de veiller sur eux ;  aux personnes âgées, elle permet de rester en contact avec leur famille, , de voir grandir les petits-enfants.
- avec l'appel prioritaire, ceux qui le désirent peuvent mettre en place, sur le portail un système qui permet d’être mis instantanément en relation avec l’animatrice intergénérationnelle en cliquant sur le bouton appel prioritaire / urgence ; ceci quel que soit le besoin ou problème rencontré (dégâts des eaux, problèmes électriques ou encore problèmes de santé…). Si  l'animatrice n’est pas disponible, un  second clic déclenche un SMS d’alerte directement adressé à un référent familial ou professionnel. Un module garant de réactivité et de sécurité pour les personnes dites « fragiles », signale Pas de Calais Habitat.
- le module « planning individuel et collectif » permet aux résidents locataires utilisateurs du portail de noter leurs rendez-vous ; si l'on craint soi-même d'oublier, un proche peut renseigner cet agenda. Pas-de-Calais Habitat souhaite qu’à terme ce module facilite la coordination entre les différents professionnels intervenant au domicile des personnes  (infirmière, médecin, kiné …). Le planning collectif est géré par l’animatrice intergénérationnelle qui y inscrit les activités et événements se déroulant à l’îlot Bon Secours et dans le quartier. La tablette numérique centralise toutes les informations concernant la vie du quartier, contribuant ainsi à son dynamisme.
- un panel d’activités en ligne. Pour créer, favoriser le lien social, Pas-de-Calais Habitat a intégré au portail : jeux interactifs (dessins..), flux RSS (presse quotidienne régionale, associations…) accès internet. Ces applications devraient  inciter  les personnes âgées à bien s’approprier l’outil et à leur faciliter la relation avec les plus jeunes, « adeptes » de ce type  et mode de communication.

Pas de Calais Habitat souhaite ajouter de nouveaux services à ce socle de fonctionnalités de base. Les nouveaux services se développeront en partenariat avec des associations.
Un travail est déjà mené dans ce sens avec l’association Down Up, une association de parents d’adultes trisomiques qui souhaite installer au sein de la résidence, un « Kiosque »  de services tels que : repassage,  dépôt de pain ou de journaux… Les résidents ou les habitants du quartier pourront faire appel à ces services, via leur tablette numérique.
Un travail collaboratif avec un service d’aide à domicile est également entrepris pour réaliser une convergence entre leur logiciel métier et le portail.

Un laboratoire de recherche pour tester la valeur d’usage du portail.
Un « ambassadeur de l’habitat » connecté aura pour mission d’accompagner les bénéficiaires du portail dans son appropriation et de relever les pratiques ainsi que les difficultés rencontrées par les utilisateurs. Ces informations seront transmises à un laboratoire des usages, installé dans la résidence et qui sera chargé avec le concours d’universitaires, des prestataires et des utilisateurs, d’étudier les services proosés, l’ergonomie de la plateforme, la stratégie et la gestion du déploiement du portail.
Outre l’aspect technique de ce projet au service de l’humain, l’une des grandes innovations consiste en notre volonté de d’analyser et de tester la valeur d’usage de l’outil en intégrant des le début du processus, l’ensemble des utilisateurs » signale Rénald Sourisse, en charge du vieillissement, du handicap et de la précarité, chez Pas-de-Calais Habitat.

Un travail en réseau
Le bailleur social appartient au réseau Habitat et Francophonie.  « Le Canada, le Québec notamment sont précurseurs en innovations sociales. Nous entretenons, de très bonnes relations avec les Habitations Populaires du Québec, également bailleur social. Nous mettons donc en place une collaboration avec les Habitations Populaires du Québec, l’Université d’Artois et l’Université de Laval (Québec) qui va permettre à un chercheur doctorant québécois d’utiliser l’îlot bon Secours comme terrain d’expérimentation pour sa thèse et à un doctorant français d’aller étudier au Québec. Nous attendons beaucoup de leur retour d’expérience pour faire progresser notre portail numérique et pouvoir ensuite le dupliquer dans d’autres résidences ! »  explique Renald Sourisse


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -