Agevillage
  >   Actualités  >     >   Le coeur n'a pas de rides d...

Le coeur n'a pas de rides de Marina Rozenman


Partager :

Touchée par la dernière histoire d'amour de « Granny » sa grand-mère qui, à 71 ans, a vécu une relation passionnée avec son nouveau voisin plus âgé, Marina Rozenman, journaliste à Elle, a souhaité rencontrer d’autres septuagénaires restés ouverts  à l’amour.
Une belle moisson de dix portraits de personnages qui confirment bien pour la plupart que « L’amour n’a point d’âge : il est toujours naissant » comme disait Pascal dans son discours sur les Passions de l’amour.

Le cœur n’a pas de rides est une jolie expression, juste plutôt,  qui convient bien au sujet que traite Marina Rozenman
. Dans ce monde qui traque la moindre ride, lorsque celles-ci paraissent et qu’on leur laisse place, il deviendrait  presque indécent d’oser dire que l’on aime encore, que l'on aime à nouveau, que l’on cherche encore et toujours à donner et recevoir de l’amour … De l’amour, pour toujours, ou pour moins longtemps. Qu’importe puisque seul compte le présent.

C’est ce que disent Pierre et Odile, les amants du Perche qui ont eu un coup de foudre lors d'un bal et ont vécu un an et demi entre Paris et Nogent-le-Rotrou puis ont « cassé». C'est ce dont témoignent Jorge et Perla  qui se sont rencontrés en voyage à Cuba et se sont mariés.
Jeannette et Julius, eux, se sont aimés au Havre pendant la guerre, se sont interdit de se revoir après, mais continuent de s'aimer, soixante ans plus tard, au téléphone... Françoise et Charles, s'étaient connus adolescents en Algérie, manqués à l'âge adulte, s'aiment enfin, soixante-dix ans plus tard, à Montpellier. Il y a Georges et Odette, un couple qui co-habite dans une résidence des bords de Loire. Pierrette, elle, raconte avoir dû laisser sa maison et s’installer dans un petit appartement parisien, lorsqu’après plus de 40 ans de mariage son mari lui demande de partir pour laisser place à une nana mais heureusement aujourd’hui, il y a François, rencontré par Internet, sur Meetic. Un site bien connu d’Armand, qui se targue  pour sa part d’être devenu un véritable « anthropologue de la femme Meetic »

Des portraits de vrais septuagénaires et octogénaires d’aujourd’hui, tracés sans tabou et que l’on sent fidèles. Comme elle les a rencontrés sur deux ans, Marina Rozenman prend la peine de revenir en fin d’ouvrage sur ce que sont devenues ces personnes rencontrées.
Parmi les citations envoyées régulièrement par mail par Pierrette, l’auteur a un jour découvert cette phrase de Gabriel Garcia Marquez : « Les hommes se trompent en pensant qu’ils cessent d’être amoureux en vieillissant, alors qu’ils vieillissent quand ils cessent d’être amoureux. »

Le coeur n'a pas de rides [Broché]
Marina Rozenman (Auteur)
Edition NIL (12 avril 2012)
198 pages - Prix : 17,10 €
Pour commander le livre, cliquez ici


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -