Agevillage

Qualité et maîtrise des coûts : exemple d'un établissement


Partager :

Dans l’étude faite par la revue Que Choisir* sur le choix d’une maison de retraite, celle de Montauban avait obtenu la mention "très bien", avec un prix de journée des plus modestes. Il était donc intéressant de connaître les raisons du succès de cet établissement de 80 lits, dont 33 sont médicalisés.

Rencontre avec son directeur, Jean-Daniel Coppens.*Hors-série Argent, février 2000

Agevillage. Quelles sont les sources de financement qui vous permettent de pratiquer un tarif maîtrisé?

Jean-Daniel Coppens. En préalable, je tiens à préciser que le tarif mentionné dans l'article (162 F, 24,70 €) est celui de l’année 2000. En 2001 le tarif journalier était de 174 F (23,53 €) et en 2002 il est fixé à 27,59 € (181 F). Ce tarif comprend l’ensemble des services, à l’exception de l’incontinence, les changes étant cependant vendus à prix coûtant par la maison de retraite. C’est l’ensemble des pensions payées par les résidents qui représente la source de financement de l’établissement. Actuellement, compte tenu du petit prix de journée, huit personnes bénéficient de l’Aide sociale. Notre établissement est médicalisé et nous percevons une dotation annuelle qui finance la partie cure médicale.

Agevillage. Mais comment parvenez-vous à ce tarif ?

JDC. Notre taux de remplissage est de 100 % et les charges fixes sont réparties sur un grand nombre d’usagers. Et puis, la maison de retraite appartient à une Fondation créée il y a plus de cent cinquante ans. Nous sommes propriétaires des bâtiments ce qui nous dispense d’un loyer.Nous réalisons l’ensemble de nos travaux avec le personnel en place. Un exemple parlant : la mise en place de la sécurité. Les devis établis par des entreprises extérieures se montaient à 152 449 € (1 000 000 de F). Le coût pour ces mêmes travaux réalisés par nos soins sous contrôle d’un établissement agréé s’élèvera à environ 45 734,71 € (300 000 F). Toute la restauration et la lingerie sont traitées sur place. Par ailleurs, de nombreux bénévoles oeuvrent au bien-être des résidents apportant à la vie de la maison une touche de qualité.

Agevillage. Quelle est l’affectation du personnel dans les emplois de votre établissement ?

JDC. L’équipe de direction comprend : un directeur, une adjointe de direction, un comptable, une économe.Deux personnes sont attachées à la blanchisserie, trois personnes affectées à la cuisine. Un ouvrier et huit agents de services composent le reste de l'effectif. Quant à l'équipe médicale, elle comprend trois infirmières, plus un demi-poste, et sept aides-soignantes.

Agevillage. Comment financez-vous les trente-cinq heures ?

JDC. Nous avons déposé un accord pour la mise en place des trente-cinq heures au deuxième semestre 1999, auprès du conseil général et de la DDASS. Après négociation et avenant à notre accord, celui-ci a été agréé en septembre 2001 et mis en place dès le 1er octobre 2001. Nous avons pu bénéficier des primes Aubry I et II. Les salaires sont gelés durant deux années consécutives, et un plan de financement à été élaboré sur cinq ans.La perte de 10 % d’heures de travail n’a été compensée que par 7 % d’embauche.

Agevillage. Comment se déroule l’accueil des nouveaux résidents ? Ont-ils une personne référente ?

JDC. Nous proposons au futur résident de venir partager un repas dans nos locaux afin de "sentir" l’ambiance. Les personnes qui entrent dans l’établissement doivent en avoir fait le choix.Avant chaque nouvelle arrivée, la chambre est entièrement refaite en tenant compte des goûts de la personne. Pour rassurer les familles et le nouveau résident, nous mettons à leur disposition un véhicule et du personnel pour effectuer le déménagement.Le(a) nouvel(le) arrivé(e) est présenté(e) à ses voisins de chambre qui vont, dans les premiers jours, l’aider à s’orienter dans la maison et la guider dans les différentes étapes de la journée (animation, repas …)L’équipe de travail porte un regard attentif et vigilant pour que cette entrée se fasse dans les meilleures conditions.Lors de l'arrivée et tout au long du séjour, un membre du personnel sert de référent. Il guide la personne, l'oriente vers des résidents, le plus souvent en fonction des affinités réciproques qui se créent.

Agevillage. Quelles prestations sont proposées aux résidents ?

JDC. Nous sommes soucieux de mettre l’accent sur la personne, son confort et la qualité de ce qui lui est proposé. Les chambres individuelles, aérées, sont dotées d’un équipement sanitaire et reliées au bureau des infirmières. Celles-ci se déplacent pour dispenser les soins nécessaires dans le cadre de vie familier de chaque pensionnaire ; ceci aussi longtemps que des traitements médicaux trop spécialisés ne sont pas nécessaires.Pour le confort, une kinésithérapeute, une pédicure interviennent auprès des résidents, à titre onéreux. Une coiffeuse passe régulièrement.La restauration s’effectue en salle à manger à l’exception du petit déjeuner, servi en chambre et est adaptée aux régimes.Les pensionnaires ont une totale liberté dans leurs allées et venues. La participation aux voyages que nous avons pu organiser à l’étranger relève aussi du libre choix des résidents.Enfin, un culte hebdomadaire a lieu sous la direction d’un pasteur protestant.

Agevillage. Proposez-vous des ateliers ?

JDC. Peinture classique ou sur soie, lecture, gymnastique, activités manuelles sont organisées par des bénévoles. Nous avons également un atelier d’art floral, un groupe de chant, un atelier mémoire, des expositions, des conférences.Je dois préciser que les tableaux que ornent nos murs ont tous été peints par des personnes dont l'âge moyen est de 89 ans.



mis à jour le

LIRE AUSSI

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -