Agevillage

Ne rien décider dans l'urgence


Partager :

Lorsque la perte d'autonomie d'un ascendant devient flagrante, le réflexe premier des enfants adultes est " Vite ! Une maison de retraite".

De son côté, une personne âgée affirmera souvent, et contre toute évidence, pouvoir continuer de se débrouiller seule. Elle n'a pas besoin d'aide, elle remercie tout le monde, mais affirme à qui veut l'entendre que " non vraiment, tout va très bien... 

Certaines personnes âgées se hérissent parfois à l'idée qu'une aide à domicile professionnelle ("une étrangère") pénètre leur logement, envahisse leur cuisine et prenne en main une partie de leur quotidien. Ces refus en apparence "déraisonnables" suscitent toujours une angoisse forte chez les enfants et les petits enfants. Mais celle-ci est toujours mauvaise conseillère.

Ne rien décider dans l'urgence peut apparaître comme un conseil dérisoire.

Mais prendre son temps, c'est laisser à la parole de la personne âgée le temps d'émerger. Et celle-ci n'a généralement pas la même façon d'analyser son avenir que son entourage.

Lui permettre de s'exprimer représente déjà l'amorce d'un dialogue.

Même si une personne âgée vit dans un lieu isolé

Même si elle n'est pas entourée au quotidien,

Même si elle souffre de troubles de désorientation...

 

Nul ne peut agir à sa place

Prendre des décisions qui concernent l'avenir d'un majeur sans qu'il ait pu faire entendre sa voix est une forme de maltraitance. Cette forme de maltraitance ne s’apparente pas à du vol domestique, à des coups et blessures, à la privation de nourriture, à des punitions. Mais il s’agit d’une forme de violence psychologique qui n’est pas de mise entre personnes de la même famille, pour autant que les membres de cette famille sont unis par des liens d’affection en sus des liens légaux. 

 Agir à la place d’un autre est aussi un obstacle à une solution efficace. Il n'est pas rare qu'une personne âgée sombre dans le mutisme et la dépression après une entrée en maison de retraite décidée par des enfants trop pressés.

 Sauf cas de force majeure : perte totale de mémoire, démence prononcée..., une personne âgée a forcément un avis sur sa situation. Elle n'analyse pas ses besoins de la même façon que son entourage. 

Mûrir toute décision, c'est aussi pour la famille une occasion d'apprendre à maîtriser ses propres sentiments. Une occasion d’apprendre à se connaître.

 



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

dominiqueb

14/10/2014 19:10

Refus de se faire aider


Prendre son temps ? Nous incitons notre mère à prendre une décision depuis 10 ans sachant que sa cécité s'aggraverait ! Elle est depuis plus d'un an aveugle, a perdu le sens de l'orientation et une grande partie de ses facultés mentales; de plus ses chutes sont fréquentes et elle finira par avoir un accident grave. Peut-on l'obliger à accepter plus d'aides à domicile qu'elle n'en a actuellement ? Elle refuse d'aller en maison de retraite, de venir vivre chez moi, de s'installer à l'étage au-dessus où une deuxième personne pourrait dormir en cas d'urgence, etc...



Françoise

03/09/2013 19:09

Oui mais comment ?


j'ai vécu cela il y a 5-6 ans... Ma mère habitait à 40 km, souvent embouteillés. Problème de déglutition, d'où problème de dénutrition et de déshydratation ; + problème d'angoisse, de stress et refus absolu de prendre tout médicament qui puisse la soulager. Elle avait le 'bio' et les dentistes comme obsession, nous en avons vu une bonne douzaine qui ne lui trouvait rien à réparer... Isolée dans sa solitude dans son immeuble ou personne n'ose penser au voisin. Quand elle a frôlé la mort par déshydratation, j'ai vécu 5 semaines chez elle mais travail, famille, épuisement, la seule solution était la maison de retraite (très belle, tout pour plaire, mais EHPAD privée sans miracle quand même) à côté de chez moi. Au début, l'esprit encore confus des suites de la déshydratation, elle a trouvé cela très bien, mais après elle a enfin compris ce que je lui expliquais, et c'est horrible de devoir faire ça. Je suis tellement d'accord avec ce que vous dites, mais quelles solutions ? la seule que je vois : penser son vieillissement à 60 ans,prendre soin de son psychisme, penser un habitat collectif qui permettent le lien. Colocation seniors ou qqch comme ça. Le difficile, le compliqué est banal, mais l'urgence est là un jour et tout bascule. Ce n'est pas à ce moment là qu'on peut prendre le temps. Et les petits et grands viols s'enchainent. Le temps, il faut le prendre quand on l'a encore, avec l'esprit clair et la capacité à réfléchir à toutes ces questions. Bien sûr, on en a pas envie. Bon, j'étais seule, mais ce n'est pas forcément plus facile à plusieurs, j'en suis certaine. J'aimerais savoir comment j'aurais pu mieux faire... Je n'aime tellement pas ce que j'ai dû faire !



JMG

26/05/2013 10:05

Enfant


Bonjour, Ayant des Parents âgés dans cette situation et justement face à une famille pressée, j'ai le sentiment d'être l'auteur de ces écrits en lisant ces lignes ! Ces dernières permettent en effet d'apprendre à maîtriser ses sentiments tout en déculpabilisant quelque sur la situation d'urgence dans laquelle l'on se retrouve brusquement. Merci JMG




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -