Agevillage

Hôpitaux

L’« accueil temporaire » d’été pour les personnes âgées tend à se réduire


Partager :

A l’approche des vacances, de nombreuses personnes âgées habituellement prises en charge à domicile pendant l’année sont accueillies à l’hôpital. Mais faute de capacité pendant l’été, cette possibilité d’ « accueuil temporaire »tend à se réduire. Certaines familles détournent alors le blocage en passant par les urgences.

Ils arrivent généralement aux urgences le vendredi soir avec un certificat médical faisant état « d’une altération de l’état général ». L’équipe médicale sait alors à quoi s’en tenir. Pourtant, difficile d’en vouloir à ces familles qui s’occupent de leurs parents tout au long de l’année et qui recherchent bien souvent des structures d’hébergement temporaires, trop peu nombreuses en France.Tout au long de l’année, la plupart des hôpitaux présentent déjà des listes d’attente particulièrement longues, et n’ont donc pas de places disponibles l’été pour ces personnes âgées « de passage ». Phénomène encore accentuée par la fermeture des lits pendants l’été pour que le personnel puisse prendre ses congés. Les familles doivent donc s’y prendre parfois jusqu’à un an à l’avance pour trouver une solution.Pour aider ces familles que l’AP-HP (Assistance publique – Hôpitaux de Paris) a augmenté cette année le nombre de lits de soins de suite et de réadaptation de 7 % par rapport à 2001. Dans la même optique, au CHU de Rouen, des lits seraient dégagés pour permettre aux familles de partir en vacances.Il y a actuellement en France 800 000 personnes de plus de 60 ans et en situation de dépendance, lourde ou légère. 200 000 seulement sont accueillies en établissement. Les autres vivent à domicile avec une aide professionnelle et/ou familiale. Or dans 80 % des cas, l’aidant est lui même âgé de 50 à 79 ans.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -