Agevillage

LEGIONELLOSE

Deux morts au Centre Hospitalier de Meaux (77)


Partager :

  • Deux patients atteints de légionellose sont morts la semaine dernière au centre hospitalier deMeaux (Seine-et-Marne), où seize cas de cette maladie ont été détectés en une dizaine de jours.
  • Une alerte à la légionellose a été lancée samedi 13 juillet en Dordogneaprès la découverte à l'hôpital de Sarlat (Dordogne) de onze cas dont l'origine est toujours inconnue.
  • Deux morts à Meaux

    Deux patients atteints de légionellose sont morts la semaine dernière au centre hospitalier de Meaux (Seine-et-Marne), où seize cas de cette maladie ont été détectés en une dizaine de jours.Les deux patients sont morts dans le courant de la semaine: lundi, une femme de 90 ans, et vendredi, un homme âgé de 53 ans. Au total, seize cas ont été diagnostiqués dans le centre hospitalier, qui accueille environ 500 personnes. A la suite d'une série de prélèvements, effectués le lendemain du premier décès, une concentration anormale de bactéries "legionella" a été constatée dans les tours aéroréfrigérantes du système de climatisation du centre hospitalier. "Le caractère regroupé dans le temps des contaminations laisse à penser qu'elles seraient liées à cette prolifération et à un épisode climatique particulier", a précisé la direction en faisant allusion à la forte chaleur brièvement observée en juin.Le fonctionnement des tours aéroréfrigérantes a alors été immédiatement arrêté, supprimant ainsi "tout risque de contamination", a encore ajouté la direction. Une vidange complète du système, avec détartrage, désinfection et mise en place d'un film protecteur, a par ailleurs été lancée, avant de décider, lundi, s'il y a lieu de redémarrer le fonctionnement des tours. Quatre des 16 personnes contaminées n'ont cependant eu "aucune relation avec le centre hospitalier ou son environnement pendant les phases d'incubation", a précisé la direction, qui n'arrive pas à trouver d'explication.

    Onze personnes touchées à Sarlat (24)

    Une alerte à la légionellose a été lancée samedi 13 juillet en Dordogne après la découverte à l'hôpital de Sarlat de onze cas dont l'origine est toujours inconnue. Le direction de l'hôpital a souhaité samedi que toute personne ayant été hospitalisée depuis le 25 juin et qui présenterait des symptômes similaires à ceux de la grippe prenne contact avec son médecin traitant. Après sept premiers cas dans la semaine, quatre nouveaux ont été découverts vendredi et la direction de l'hôpital craint que la maladie ne s'étende. "Rien n'indique que nous soyons au bout de nos peines", a déclaré le directeur de l'hôpital, Jacques Romon.Les résultats des analyses effectuées par la Direction départementale de l'action sanitaire et sociale (Ddass) seront connus lundi. L'origine de l'épidémie n'était toujours pas connue samedi 13 juillet au matin. L'hôpital a désinfecté la climatisation, augmenté la température de l'eau à 60°C, fermé provisoirement les douches des chambres occupées par les malades contaminés. Les hospitalisations ont été suspendues mais l'établissement continuera cependant à assurer les urgences. Une désinfection du réseau d'eau doit être effectuée durant le week-end.Sur les onze personnes atteintes, âgées de 38 à 95 ans, huit étaient hospitalisées samedi à Sarlat et trois à Périgueux. Leur état de santé était stationnaire mais la plupart, âgées de plus de 70 ans, faisaient l'objet d'une surveillance particulière. La légionellose est une maladie provoquée par une bactérie qui se développe dans les canalisations et en milieu humide. Elle provoque des infections pulmonaires aiges. Mal soignée, la maladie peut être mortelle. Avec un traitement normal, elle est guérie en quelques semaines.Face à cette recrudescence, nous vous invitons à relire notre dossier spécial légionellose.



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -