Agevillage

Handicap - handicapés

l'Unapei et l'APF se félicitent de la priorité donnée par Jacques Chirac aux handicapés


Partager :

grands chantiers du président

L'Union nationale des amis et parents des personnes handicapées mentales (Unapei) a jugé "positif et encourageant" que l'insertion des handicapés soit un des trois grands chantiers du second mandat de Jacques Chirac et rappelé ses principales demandes, mercredi 17 juillet, dans un communiqué.

  • L'Unapei demande la modernisation de la loi du 30 juin 1975 en faveur des personnes handicapées "autour des notions de droit à compensation, d'accompagnement, d'égalisation des chances, de participation...".
  • Elle réclame également la rénovation de la législation relative à la protection juridique et la création des moyens nécessaires aux associations tutélaires.
  • L'Unapei souhaite la poursuite de création de places en maisons d'accueil spécialisé et en foyers d'accueil médicalisé (+ 5.000), en centres d'aide par le travail et en ateliers protégés (+10.000).
  • Elle réclame une politique de scolarisation globale, englobant l'intégration scolaire et l'éducation spéciale, ainsi que la mise en oeuvre d'une politique pour les personnes vieillissantes et âgées.
  • L'Unapei demande enfin des mesures d'urgence "qu'appelle la situation de très nombreuses personnes gravement handicapées et de leurs familles qui attendent une solution en institution ou à domicile".
  • L'APF prudente

    L'Association des paralysés de France (AFP) considère comme "encourageante" l'inscription de la situation des handicapés au rang de priorité par le président de la République, Jacques Chirac, mais reste vigilante, a-t-elle indiqué vendredi dans un communiqué. L'APF "considère comme encourageant le discours du président de la République le 14 juillet annonçant la situation des personnes handicapées au nombre des trois chantiers prioritaires de son mandat". Pour autant, l'association "reste vigilante quant à l'application concrète des mesures", et profite de l'occasion pour rappeler ses revendications.L'APF demande au gouvernement "la création immédiate d'une loi de programmation associée à la rénovation de la loi d'orientation -de juin 1975-, qui prévoit des moyens suffisants ainsi que le droit à la compensation soit une réalité et respecte l'égalité des chances".Sur le plan financier, elle demande que l'allocation adulte handicapé (AAH, sous condition de ressources et d'un montant maximal de 569,38 euros) soit alignée sur le Smic (le plus bas: 1.100,67 euros bruts mensuels, le plus élevé: 1.154,27 euros).L'APF réclame aussi une "modification de l'allocation compensatrice pour tierce personne afin de permettre à la personne handicapée de bénéficier d'un minimum de six heures de présence par jour". Et plus généralement "des moyens conséquents d'ordre financier, humain technique dans le but de faciliter la vie quotidienne des personnes handicapées".



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -