Agevillage

Passage de la PSD à l'APA

Hubert Falco sensibilisé aux problèmes des surcoûts


Partager :

Financer l’APA, s'occuper des surcoûts liés au passage de la PSD (Prestation spécifique dépendance) à l'APA et définir une politique de solidarité entre les générations, telles sont les priorités qui ont été affichée par Hubert Falco, secrétaire d'Etat aux personnes âgées, mercredi 17 juillet. Ces déclarations ont été faites à l’occasion de la signature d’une convention tripartite (Etat-département-établissement) pour la rénovation d'une maison de retraite intercommunale, La Dame blanche, à Fontenay-sous-bois.

300 euros par mois

Hubert Falco, secrétaire d’Etat aux personnes âgées, sensibilisé par les organisations professionnelles au surcoût engendré pour de nombreuses familles par le passage de la Prestation spécifique dépendance (PSD) à l’APA a déclaré que "la charge mensuelle pouvait progresser, de plus de 300 euros par mois dans certains cas". Près de 30.000 personnes âgées seraient pénalisées par cette modification règlementaire et qu'il fallait "trouver aujourd'hui 36 millions d'euros pour neutraliser ce surcoût".Si le co-financement de l'APA en 2002, par l'Etat et les départements, a bien été programmé par le gouvernement précédent, rien n'est prévu du côté de l'Etat pour 2003, soit un milliard d'euros manquant sur un coût escompté de quatre milliards.M. Falco a donc annoncé qu'un bilan intermédiaire (avant l'évaluation globale du dispositif prévue en 2003) serait réalisé cet été pour "pouvoir établir en septembre une projection 2002-2003" et "définir, sur cette base, des solutions".Concernant le financement de l'APA, Hubert Falco a déclaré que "la montée en charge de l’allocation est bien plus rapide que prévue". Fin mai "plus de 600.000 demandes avaient été enregistrées et 220.000 prestations octroyées à titre individuel" alors qu'il "était prévu initialement 800.000 demandes pour 2004".

Solidarité entre les générations

Le secrétaire d’Etat aux personnes âgées s’est exprimé à l’occasion de la signature d’une convention tripartite (Etat-département-établissement) pour la rénovation d'une maison de retraite intercommunale, La Dame blanche, à Fontenay-sous-bois. Cet établissement public a connu des difficultés communes à beaucoup d'établissements de ce type: vétusté, mauvaise gestion des services et des personnels, entraînant de la malveillance "passive" (négligences, désintérêt) à l'égard des résidents.Le ministre a profité de ce cas-type pour présenter ses priorités, notamment envers les quelque 11 millions de Français de plus de 60 ans "qui sont en pleine forme physique, morale et intellectuelle, et peuvent apporter beaucoup à la société". Ces personnes "peuvent créer des manifestations sportives ou culturelles, participer à la vie associative, faire du soutien scolaire", a estimé M. Falco en indiquant qu'il "prendrait des initiatives avec ses collègues du gouvernement pour encourager et accompagner les seniors à tenir toute leur place dans la vie sociale".Pour les 800.000 personnes de plus de 60 ans plus ou moins lourdement dépendantes (6,6% d'une population de 12 millions), le ministre envisage de leur proposer de "véritables services de proximité pour faciliter leur vie quotidienne".



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -