Agevillage

HÔPITAL

La Cour des comptes épingle la politique du médicament


Partager :

La Cour descomptes épingle la politique du médicament dans les hôpitaux et juge insuffisante l'évaluation médico-économique des prescriptions dans son rapport annuel sur la Sécurité sociale, a indiqué, jeudi 5 septembre, le Quotidien du Médecin dans son édition de jeudi.

Trois fois plus de médicaments en dix ans

La Cour des comptes dont le rapport annuel sur la Sécurité sociale doit être publié le 18 septembre, consacre de larges chapitres à l'hôpital. Selon le Quotidien du Médecin du jeudi 5 septembre, la Cour des comptes épinglerait la politique du médicament menée par les hôpitaux et jugerait insuffisante l'évaluation médico-économique des prescriptions."Le marché hospitalier représente le segment le plus dynamique pour l'industrie pharmaceutique", note le rapport. Les ventes de médicaments à l'hôpital ont triplé en onze ans pour atteindre 3,049 milliards d'euros en 2001, essentiellement en raison de l'utilisation de nouveaux produits, plus onéreux, mais dont "le contenu innovant (...) n'est pas toujours patent".A en croire, les rapporteurs, les hôpitaux n'utiliseraient que rarement la possibilité qu'ils ont de mettre en concurrence des molécules brevetées équivalentes. Cette situation "est la conséquence de l'insuffisance de l'évaluationindépendante des médicaments destinés à l'hôpital et de l'absence de liste des équivalents thérapeutiques objectivement établie et officiellement diffusée", juge le rapport, cité par le quotidien."La multiplicité des prescripteurs, la fréquence des prescriptions réalisées par des praticiens plus ou moins expérimentés, les retranscriptions manuelles des prescriptions par le personnel infirmier sont autant de sources d'erreurs potentielles", déplore-t-il encore.Le texte dénonce enfin le nombre important de médicaments qui font partie de la réserve hospitalière et qui ne peuvent donc être délivrés qu'à l'hôpital, même pour des malades qui ne sont pas hospitalisés et demande que ces produits puissent être délivrés dans les officines de ville.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -