Agevillage

Réforme de l'APA

Associations et professionnels s’inquiètent, Hubert Falco tente derassurer


Partager :

  • Le déficit prévisionnel de l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA) (un milliard d’euros) et les quelques indications lâchées au coursde l’été par Hubert Falco, secrétaire d’Etat aux personnes âgées, sur la manière de le résorber (récupération sur succession, durcissement des conditions d’attribution…) commencent à inquiéter les professionnels et les associations du secteur.
  • Le Secrétaire d’ Etat aux personnes âgés se veut toutefois rassurant dans l’attente de l’étude mandatée par ses services, concernant la montée en charge de l’APA et son financement. La DGAS, les Conseils Généraux… doivent rendreleur copie le 15 septembre, sur la montée en charge de l’APA. Les pistes doivent être proposées concernant ce financement :- recours sur succession (le secrétariat d’Etat ne devrait pas le revoir : « peu intéressant »)- révision des plafonds de ressources- nouveaux arbitrages budgets état/budgets départements
  • .
  • Ce rapport intermédiaire ne devrait être communiqué que fin septembre.
  • -2 sept : L'Uniopss et la Fehap s'"inquiètent"

    L'Union nationale interfédérale des oeuvres et organismes privés sanitaireset sociaux (Uniopss) et la Fédération des établissements hospitaliers etd'assistance privés à but non lucratif (Fehap) se sont inquiété, lundi 2 septembre, dans un communiqué commun, "de l'approche hâtive et exclusivement financière proposée par le secrétaire d'Etat aux personnes âgées" pour le financement de l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA). L’Uniopss et la Fehap "considèrent comme très prématurées les propositions de réforme du dispositif présentées par M. (Hubert) Falco", lesquelles « contredisent les engagements du Président Jacques Chirac".Les deux organisations réclament « véritable processus de concertation avec les professionnels et les partenaires soit mis en oeuvre".

    -2 sept : L'UNRPA (retraités) " fermement hostile"

    L'union nationale des retraités et personnes âgées (UNRPA) s'est déclarée lundi 2 septembre "fermement hostile" aux propositions avancées par le secrétaire d'Etat aux personnes âgées concernant l'Allocation personnaliséed'autonomie (APA). "Les déclarations répétées de plusieurs membres du gouvernement et de la majorité présidentielle à propos de l'APA nous interpellent", a déclaré l'UNRPA dans une lettre adressée au secrétaire d'Etat Hubert Falco.L'UNRPA se dit d’autant plus inquiète qu’ "il semble qu'en outre les plafonds de ressources pour l'attribution de l'APA seraient relevés, ce qui réduirait encore le montant des aides accordées" .

    -4 sept : Le PCF "met en garde "

    Le Parti communiste français (PCF) a "mis en garde le gouvernement contre toute atteinte à l'aide personnalisée à l'autonomie (APA)", selon un communiqué publié mercredi 4 septembre. "Non seulement il ne faut pas supprimer l'APA qui avait ouvert la voie vers un nouveau droit universel mais il faut aller plus loin que n'avait choisi de le faire le gouvernement de Lionel Jospin", a précisé le PCF sous la signature de Brigitte Dareau, membre de l'exécutif national du parti.Le PCF propose que "la dépendance à tous les âges et degrés devienne une nouvelle branche de la Sécurité sociale".

    -4 sept : La Fnaafp (aide à domicile) « ne peut accepter »

    La Fédération nationale des associations de l'aide familiale populaire (Fnaafp) qui regroupe des associations d'aide à domicile, a dénoncé les tentatives de remise en cause de l'Allocation personnalisée à l'autonomie (APA), mercredi 4 septembre, dans un communiqué. "C'est une loi qui a été plébiscitée par la « France d'en bas », le gouvernement et le président de la République devraient en être satisfaits!", a estimé la Fnaafp. "Nous ne pourrons accepter que l'on revienne sur le recours sur succession et donation", a averti la fédération, membre de la Confédération syndicale des familles.La Fnaafp a demandé que celui-ci soit géré par la Sécurité sociale, une réduction "substantielle" des délais de traitements des demandes et une harmonisation de sa mise en oeuvre par les conseils généraux "afin qu'à situation égale soient attribués des droits identiques".



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -