Agevillage

Rites funéraires

L'Islam


Partager :

 

Les derniers instants

L'agonie est une épreuve prescrite par Dieu, mais c'est aussi la chance de se parfaire avant de rejoindre l'autre monde. Il faut donc aider le mourant à prendre conscience de son état. Les femmes s'occupent de son bien-être physique, et les hommes le soutiennent sur le plan moral et spirituel.Dans la mesure du possible, le malade doit faire son testament moral et matériel, toutes ses affaires devant être en ordre avant de quitter ce monde. Dans ses derniers instants, son regard doit être dirigé vers La Mecque.

Un homme pieux est à ses côtés pour lire le Coran. Avant de mourir il doit prononcer la Chahada, la profession de l'Islam. S'il ne peut pas, un proche la chuchote à son oreille, en tenant son index relevé. Dieu ne pourra alors se tromper sur l'identité du récitant : c'est celui qui lève le doigt. Après la mort, la sourate de Yasin est récitée intégralement.

 

Avant les funérailles

La mort est entourée du plus grand respect. Le visage du défunt est recouvert d'un drap blanc, pendant qu'un verset coranique est récité : "C'est à Dieu que nous appartenons, c'est à Lui que nous faisons retour." Il n'y a pas de musique, ... mais des prières et la lecture du Coran. Après la toilette rituelle, il ne sera plus possible de toucher le mort sans le souiller.

La personne chargée de la toilette peut être une professionnelle envoyée par la Mosquée ou un proche ayant effectué un pèlerinage à la Mecque. Si c'est une femme, elle devra porter le voile, et ses poignets et ses jambes devront être couverts. Les femmes lavent les femmes. Un mari peut laver sa femme, mais pas l'inverse. De même, une femme ne peut laver son enfant que jusqu'à ce qu'il ait 7 ans.

Les personnes qui font la toilette doivent se purifier : elles se lavent entièrement et font leurs ablutions.Les gestes de la toilette vont toujours par paire car Dieu est unique. A la fin, le visage du mort est tourné vers La Mecque.Les impuretés (gaz, urine ...) sont évacuées par une légère pression sur le ventre. Les hommes sont rasés et les femmes épilées (sauf les jeunes filles vierges), pour arriver imberbes devant Dieu. Sur le corps, on verse de l'eau tiède parfumée avec de l'eau de rose. Avec un gant, on le frotte de haut en bas, puis on le retourne et on recommence les mêmes gestes. Les cheveux longs des femmes sont coiffés et nattés. Les ablutions rituelles sont accompagnées des prières du Coran.Le défunt est ensuite placée dans un linceul blanc. Normalement l'enterrement doit avoir lieu dans les 24 heures suivant le décès.

Les manifestations de chagrin exagérées sont interdites, car l'amour porté au disparu ne doit pas être plus important que celui porté à Dieu.

 

Les funérailles

Tandis que la récitation du Coran commence au domicile, les hommes se relaient pour transporter le corps jusqu'au cimetière, sans passer par la mosquée, réservée aux personnages importants.Normalement les femmes n'accompagnent pas le cortège, car, d'une part, elles donnent la vie, et d'autre part, leurs pleurs ne conviennent pas à un tel moment.

Au cimetière, chaque homme est invité à jeter de la terre sur le corps. Celui-ci est inhumé directement (en France, la législation impose un cercueil, il est toutefois troué), afin qu'il retourne à la poussière.Entre-temps, le domicile du disparu s'est transformé en lieu de lamentations des femmes. Les hommes s'installent dans une pièce, voire une maison, voisine et écoutent les pleurs en silence.

La première nuit qui suit le décès est consacrée à la récitation du Coran, conduite au moins par une personne qui connaît bien le texte sacré. Ces prières sont surtout destinées à Allah, afin de lui recommander l'âme du défunt.

 

Le souvenir

La période de condoléances s'étale sur sept jours, au cours desquels prières et récitations coraniques se succèdent. Le quarantième jour, famille et amis se recueillent en écoutant le Coran et en partageant un repas offert par la famille. Selon la tradition, c'est à ce moment que l'âme du défunt revient faire ses adieux définitifs. Les femmes ont alors le droit de se rendre au cimetière.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Philippe Vinsonneau

27/10/2015 13:10

à Papy Jef


si 30 % des personnes se disent athées et 80 % agnostiques... ça fait pas beaucoup de place pour ceux comme moi qui ont Foi en Dieu... Je n'ai guère entendu de é bassinage " sur les religions au moment des massacres du journal Charlie Hebdo autre que les clients d'un super marché qui se réclame du Judaïsme ont été assassinés par des personnes qui se réclament de l'Islam, permettez moi cher papy de ne reconnaître de Foi en Dieu ni des marchands ni des criminels. Pour le reste papy d'ici à la fin de votre vie vous n'aurez pas besoin de réfléchir à des rites laïc puisque la seule chose avec la naissance et la mort qui sont partagées entre tous les Humains, c est leur espérance ne serait-ce qu'à l'ultime instant de leur existence, au moment où - vous verrez - vous serez reçu par Dieu.



Libellule

27/10/2015 09:10

Rituels laïcs bis


Oui, tout à fait d'accord avec Papy JEF. J'ai assisté à des funérailles par incinération. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il manquait quelque chose : quel ennui pendant que le corps brûle ! Je me suis posé la question : et pour moi, qu'est-ce que je souhaiterai ? Réponse difficile. D'accord pour de la musique que j'aime, lecture de textes spirituels, projection de photos ou vidéos de belle nature ... Je vois ainsi que je ne suis pas encore prêt à mourir ! Bonne nouvelle - pour moi !



Papy JEF

19/03/2015 08:03

Rituels laïcs


Aujourd'hui, en France, près de 30% des personnes se disent athées. près de 80% se dident agnostiques. Lors des derniers évènements relatifs à Charlie Hebdo, on nous a "bassiné" avec les différentes religions et pas grand chose sur l'athéïsme ! Pour revenir aux rites funéraires, ne seraient-il pas le moment de proposer un rituel laïc. Il faut dire que les organismes de pompes funèbres ont beaucoup évolué ces dernières années... Mais le sujet demande une réflexion, des propositions
Papy JEF




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -