Agevillage

De la myopie aux déficiences lourdes

12 millions de personnes peuvent être dites «handicapées»


Partager :

  • Le serpent de mer « HID » - Handicaps, incapacité, dépendance - a fini par apparaître totalement les 3 et 4 octobre à paris au cours d’un colloque organisé par l’Insee, l’Inserm, la Drees, le ministère des affaires sociales et de la santé.
  • Après plusieurs années de tâtonnements méthodologiques et de publications partielles, toutes les facettes d’une enquête au long cours sur le Handicap ont été livrées au public. Résultat : 12 millions de personnes peuvent revendiquer l’étiquette du handicap.
  • 7 groupes de handicapés

    Une personne sur quatre, (26,4% de la population ayant plus de 16 ans, soit 11,8 millions de personnes déclare avoir au moins une incapacité ou une limitation d’activités ou une reconnaissance sociale de leur handicap.Derrière ce chiffre énorme, se cachent sept groupes de personnes.

  • Incapacités isolées et mineures : 5,3 millions- Il s’agit surtout de femmesaffirmant vivre avec une ou plusieurs incapacités, sans restrictions d’activités ni reconnaissance administrative. La plupart ont une activité professionnelle.Exemples : difficultés à voir de près, à sa couper les ongles des pieds, à entendre correctement.
  • Incapacités diffuses non repérées : 800 000 personnes- Là encore, il s’agit de femmes, généralement de moins de 30 ans, souvent étudiantes qui signalent des limitations d’activité, des « douleurs », sans reconnaissance administrative.- Exemples : difficultés à monter les escaliers, à porter des poids
  • Des handicaps réels à la reconnaissance administrative disparate : 1,2 millions- Il s’agit d’hommes qui déclarent un taux d’invalidité reconnu sans incapacité. Ils ont entre 30 et 39 ans et perçoivent une allocation. Cet ensemble regroupe soit des personnes dont le handicap est reconnu par la sécurité sociale ou une Cotorep. Soit une déficience consécutive à un accident du travail. Exemples : épilepsie, déficience motrice, troubles de l’humeur, dépression
  • Les personnes âgées dépendantes 2,3 millions - Des personnes qui déclarent une ou plusieurs incapacités et une restriction de leur activité, sans reconnaissance officielle. Il s’agit de femmes le plus souvent, qui ne perçoivent pas d’allocation particulière ( l’enquête a été menée bien avant la création de l’APA) et dont le handicap limite l’activité sociale. Exemples : déficiences sensorielles, déficiences du tronc, douleurs non précisées, déficiences motrices.
  • Le noyau dur du handicap 1,2 million - Personnes qui déclarent à la fois une ou plusieurs incapacités, une limitatio des activités et une reconnaissance d’un taux d’incapacité ou d’invalidité. Il s’agit d’hommes le plus souvent, âgées de 50 à 59 ans, chômeurs ou préretraités. Ces personnes déclarent plus de deux déficiences et perçoivent une allocation. Exemples : déficiences du langage, handicaps liés à la naissance ou au travail, à l’accident de la route, à la maladie professionnelle.
  • Les déficients intellectuels ou mentaux 650 000 - Retard mental, épilepsie… Ce type de difficultés touche beaucoup les hommes, lesquels ont généralement moins de 70 ans. Ces personnes déclarent plusieurs types d’incapacités, lesquelles sont sanctionnées par un taux d’invalidité officiel. Exemples :Troubles du comportement ou de l’humeur, maladies héréditaires ou congénitales, maladies professionnelles, accidents du travail ;
  • Maladies limitantes 350 000 Personnes qui déclarent une limitaton avec reconnaissance d’un taux d’invalidité sans incapacité. Ce sont généralement des hommes dont l’âge évolue de 30 à 59 ans, généralement inactifs et qui perçoivent une allocation. Ces personnes auraient pu être reclassées dans la catégorie « noyau dur ». Exemples : maladies viscérales ou métaboliques, troubles de l’humeur ou asthénie. Ces affections sont liées à la maladie ou à l’accident.
  • Conclusions multiples

  • « Il semble exister des disparités de sexe et d’âge en matière de reconnaissance sociale du handicap en défaveur des femmes et des personnes âgées ».
  • Sur les 217 000 personnes aveugles, les deux tiers ont plus de 70 ans.
  • 370 000 personnes utilisent un fauteuil roulant et moins d’un dixième utilisent un fauteuil électrique.
  • Le taux de chômage des travailleurs handicapés s’élève à 24% et n’a pas baissé pendant la reprise économique.
  • Les adaptations au logement sont celles qui facilitent l’hygiène et la toilette.
  • Methodologie de l'enquête HID

  • Quatre années de travail, 800 agents recenseurs, 400 enqupeteuyrs de l'Insse et plus de 50 000 entretiens ont été nécessairtes pour mener à bien l'enquête "Handicaps - Incapacités - Dépendance" (HID) qui a couté 10 millions d'euros.
  • Apres une enquête de filtrage "vie quotidienne et santé" (VQS), réalisée à l'occasion du recensement général de la population de 1000 aupres d'un échantillon de 360 000 personnes, une interrogation détaillée de 37 700 individus a été menée à deux années d'intervalle.


  • mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -