Agevillage

HID – Handicaps, incapacités, dépendance

Peu de révélations sur la dépendance liée à l’âge


Partager :

HID, - Handicaps, incapacités, dépendance, l’enquête menée par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), confirme les thèses de bon nombre de publications récentes : il y aura une augmentation mécanique du nombre de personnes dépendantes au cours des quarante années à venir. Mais l’exploitation des données n’a pas été achevée. Les interviews réalisées au cours de la deuxième vague d’enquête pourraient délivrer de précieuses indications sur la nécessaire évolution des modes de prise en charge.

HID confirme quelques évidences

- Les personnes dépendantes vivent majoritairement à domicile- Les personnes dépendantes sont surtout des femmes- Le risque de dépendance est lié fortement à l’âge

Le seuil de 60 ans n’indique plus rien

L’enquête HID - Handicaps, incapacités, dépendance -, menée par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) relève tout d’abord que sous l’angle des incapacités, l’âge de 60 ans ne signifie rien.La barre des 60 ans correspond à une définition administrative (âge de la retraite, âge qui permet de prétendre à des prestations…), mais certainement pas l’âge ou commencent les incapacités.Avant 80 ans, les difficultés ou incapacités à réaliser les gestes élémentaires de la vie quotidienne comme se lever, s’habiller ou faire sa toilette sont rares.

La transition entre handicap et dépendance est brouillée

-Exemple: 19 000 personnes de plus de 60 ans sont hébergées dans des établissements pour adultes handicapés. Et quelques milliers de moins de 60 ans sont aussi actuellement hébergées dans des maisons de retraite.La frontière arbitraire des 60 ans pose le problème du passage de 59 ans à 60 ans, et renvoie au thème des personnes handicapées vieillissantes qui passent du régime administratif appliqué aux personnes handicapées à celui appliqué aux personnes âgées ( avec des prestations différentes, mais aussi des interventions différentes de l’obligation alimentaire, du retour sur succession…Retenir le seuil de 60 ans conduit à étudier une population hétérogène en termes de santé, de profil de dépendance, disent les enquêteurs d’HID

Qu’il est difficile de dénombrer la population âgée dépendante.

La perte d’autonomie est affaire de mesure. Et les instruments qui permettent de classer et dénombrer les personnes âgées ne donnent pas de résultats identiques. ?

  • 1,4 millions de sujets pour la grille Colvez
  • 1,5 million de personnes pour la méthode EHPA
  • 1,2 million avec la grille Aggir
  • 697 000 pour la grille de Katz
  • Ces différents indicateurs se recoupent plutôt bien sur les incapacités les plus lourdes, mais diffèrent dans leur appréhension des personnes désorientées ou incohérentes.Exemple: la grille Aggir classe en GIR 4 des personnes totalement désorientées mais qui peuvent en principe effectuer les principaux actes de la vie quotidienne.

    Renouvelle le stock statistique sur la fréquence des incapacités

    HID fournit des indications sur la fréquence des incapacités selon l’âge et le milieu social.Exemple : A domicile : « les difficultés liées aux déplacements, à la mobilité, à la souplesse et la manipulation, aux taches ménagères et à la gestion touchent déjà 10% des personnes de 60 à 69 ans et s’accroissent avec l’âge pour atteindre au moins 70% des personnes de 90 ans et plus, alors que les autres, et en particulier celles relatives à la toilette, l’habillage et l’alimentation ou à la cohérence et l’orientation, touchent à peine 5% des personnes de 60 à 69 ans et pas plus de 40% de celles de 90 ans et plus.

    Confirme une augmentation prévisible du nombre de personnes âgées dépendantes

    Les démographes ont mis en place trois scénarii pour tenter d’évaluer le risque d’un pourcentage important de personnes âgées handicapées.- scenario « pessimiste » ou les « gains d’espérance de vie sans dépendance évoluent de faion parallèle à l’espérance de vie générale »- scénario « optimiste » ou « on suppose que les proportions de personnes dépendantes à chaque âge vont continuer à baisser à un rythme comparable à ce qui a été observé dans la decennie 90-scénario central qui fait la moyenne des deux précédents et suppose que « les proportions de personnes dépendantes à chaque âge vont baisser à un rythme un peu moins rapide dans l’hypothèse optimiste »"Ces trois scénarii conduisent à une augmentation du nombre de personnes dépendantes au cours des quarante années à venir." Une première accélération aurait lieu entre 2005 et 2010 au moment du départ à la retraite de la génération du baby boom et une seconde aurait lieu en 2030 lorsque cette même génération deviendra octogénaire.



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -