Agevillage

APA

Une conférence pour sauver la prestation dit Jean-Pierre Raffarin


Partager :

Jean-Pierre Raffarin, premier ministre, a annoncé jeudi 31 octobre à Strasbourg, devant les Assises des conseillers généraux son intention de lancer une conférence destinée à "réformer" l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA)en faveur des personnes âgées dépendantes afin de "sauver cette prestation".

Dans les tous prochains jours

"Nous devons reprendre le dossier. Nous ne sommes pas aujourd'hui dans une situation où cette prestation peut être pérenne si nous ne donnons pas les moyens de réformer ce dispositif", en partie à la charge des départements, a déclaré le Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, jeudi 31 octobre à Strasbourg, devant les Assises des conseillers généraux. ."J'ai proposé que se tienne dans les tout prochains jours une conférence APA avec l'Association des départements de France et le gouvernement", a ajouté le premier ministre à des élus inquiets du financement de cette allocation. "Nous voyons bien l'importance de cette mesure sociale, combien elle compte pour notre pays. Nous sommes attachés à la défense de cette prestation sociale", a-t-il affirmé.

Vers une explosion du dispositif

"Je sais qu'il y a des difficultés financières pour 2003, mais tel que le système est aujourd'hui bâti, en 2004, 2005, 2006, nous allons vers une explosion du dispositif. Il nous faut trouver une solution de manière durable pour pouvoir maintenir la prestation, mais l'organiser dans des conditions financières qui soient supportables", a-t-il poursuivi.Avant la réforme, l'Etat "fera un effort", "de manière à venir en soutien, par des financements relais pour les départements les plus en difficulté et obligés de faire face à une fiscalité locale trop importante", a promis M. Raffarin. Sinon, cela "donnerait de la décentralisation une image de financement mal maîtrisé".Le ministère des Affaires sociales a annoncé la semaine dernière que l'Etat allait octroyer d'ici à la fin de l'année 36 millions d'euros aux départements afin de les aider à financer les surcouts que l’APA avait engendré aux titulaires (34.000 personnes âgéesclassés en GIR 1 et 2) de la PSD en établissement.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -