Agevillage

Infirmiers

Jean-François Mattei : les abandons de carrière amplifient la pénurie


Partager :

Jean-François Mattei, ministre de la Santé, qui a ouvert le Salon infirmier2002, mercredi 6 novembre, s'est déclaré, "très inquiet" des abandons de carrière des infirmières, qui viennent amplifier la pénurie de professionnels, mercredi lors de l'ouverture.

Hôpitaux sans infirmières

"Je suis très inquiet devant les abandons de carrière dans votre profession. Cela signale l'urgence à agir pour rénover l'hôpital, reconstituer les équipes de travail et revaloriser votre métier", a déclaré Jean-François Mattei, ministre de la Santé, lors de l’ouverture du Salon infirmier 2002, mercredi 6 novembre, à Paris. "A la noblesse du choix de vie que vous avez fait un jour, doit répondre la justesse des décisions politiques. C'est pour moi un objectif essentiel", a-t-il ajouté devant un parterre d'infirmières. Afin de "redonner tout son attrait" à la profession infirmière, le ministre a estimé que cela "passe en premier lieu par une amélioration des conditions matérielles".

conseil des ministres du 20 novembre

Pour l'hôpital public, M.Mattei a rappelé le lancement dans l'année 2003 du plan "Hôpital 2007" d'investissement massif dans l'immobilier, l'équipement et les systèmes d'information et la rénovation des statuts des personnels intervenus sous le gouvernement Jospin, sans annoncer de mesures supplémentaires. Le ministre a annoncé qu'il présenterait "les grandes lignes" de ce plan en conseil des ministres le 20 novembre.Pour l'exercice en libéral, M. Mattei a reconnu que les derniers accords conventionnels entre l'assurance maladie et les infirmières "laissent des question en suspens, telle la prise en charge décente des frais de déplacement", espérant que les négociations qui vont s'ouvrir "donnent les perspectives attendues"."Il y a des améliorations sensibles à apporter dans certains secteurs de votre activité", a-t-il ajouté, sans plus de précisions. Insistant sur les évolutions du métier et en particulier la fin de la relation de soin unique entre un "médecin solitaire" et un "patient passif", le ministre a plaidé pour que "la relation hiérarchique au sein des équipes médicales abandonne les schémas anciens et invente de nouveaux équilibres".



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -