Agevillage

INSEE - dépendance

80% des personnes âgées aidées peuvent vivre à domicile grâce à leur entourage


Partager :

Une étude de l’Insee publiée dans "Données sociales" confirme le rôle important des aidants familiaux pour les personnes âgées handicapées vivantà domicile. Près de 80% d’entre elles sont aidées par leur entourage, notamment pour les tâches ménagères et les courses. Une fonction qui n’est pas sans incidences sur la vie de l'aidant familial.

Deux intervenants au moins

"Données sociales" le recueil de chiffres et analyses que l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) rassemble tous les trois ans sur la réalité sociale française consacre un volet important au vieillissement de la population. Concernant les personnes âgées qui vivent plus souvent à domicile qu'en institution, l’Insee s’est penchée sur la logistique humaine qui les entoure.L’étude montre que lorsqu'elles bénéficient d'une aide, ces personnes âgées mobilisent pas moins de deux intervenants: membres de l'entourage et/ou professionnels. Une aide uniquement professionnelle concerne seulement une personne aidée sur cinq (21%). Pour les autres, l'aide non-professionnelle domine.La plupart des personnes âgées aidées le sont pour les tâches ménagères (80%) et les courses (70%) et pour gérer leur budget. Neuf aidants non professionnels sur dix sont des membres de la famille: conjoint, enfants ou conjoints des enfants.Les trois quarts des aidants non professionnels sont des femmes, dont 45% de filles ou belles-filles et 27% d'épouses. Lorsque l'aide est prodiguée par des membres de la famille ou des amis n'habitant pas le logement, le temps d'aide moyen est de 4,5 heures par semaine.Environ 15% des aidants "principaux" (l'aidant non professionnel le plus proche de la personne aidée) déclarent que "leur rôle a des incidences sur la liberté qu'ils ont de sortir dans la journée", et pour 40% d'entre eux, sur la "possibilité de partir quelques jours".Seuls 2% des aidants principaux ont été "contraints de cesser leur activité professionnelle", 11% ont dû l'"aménager" (changements d'horaires).Près d'un tiers des aidants principaux estiment que leur tâche "a des conséquences négatives": fatigue physique, surmenage, et/ou fatigue morale, anxiété, état dépressif, et/ou problèmes de dos.Un autre tiers estime toutefois que cette responsabilité a des "conséquences positives": acquisition d'une force de caractère supérieure, de patience et de tolérance, et/ou satisfaction, rôle gratifiant, et/ou sentiment de se sentir mieux physiquement.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -