Agevillage

Réforme de l'APA

Premières réactions vigoureuses


Partager :

Mercredi 20 novembre, le ministrede la Solidarité, François Fillon, et le secrétaire d'Etat aux personnes âgées, Hubert Falco, ont confié à une commission composée de présidents de conseils généraux le soin de faire des propositions d'ici la mi-décembre afin de trouverles fonds nécessaire pour financer l'APA en 2003. En attendant, les pistes de réforme de l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA) : rétablissement du recours sur succession, augmentation de la participation des personnes âgées, exclusion d'une partie des bénéficiaires actuels… commencent à susciter des mouvements de colère au sein des organisations syndicales et du monde associatif.

FO parle de "provocation"

L'Union confédérale des retraités (UCR) FO a estimé, lundi 25 novembre, dans un communiqué que les axes de recherche du gouvernement représentent "une véritable provocation à l'encontre des retraités et personnes dépendantes »…. « Le gouvernement a montré sa détermination à procéder à une complète remise en cause des conditions d'attribution de l'APA", estime l'UCR FO.Le syndicat "ne peut accepter que la fraction de la population la plus fragilisée soit amenée à supporter des sacrifices supplémentaires au motif d'arbitrages budgétaires". La prise en charge de la perte d'autonomie "relève d'un choix politique de société", estime l'UCF FO, qui "demande au gouvernement d'être consultée avant toute décision, au même titre que les autres partenaires".

La CFDT dénonce l'absence de concertation

La CFDT a dénoncé l'absence de oncertation avec les partenaires sociaux sur la réforme de l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA), lundi 25 novembre, dans un communiqué. Ce manque de concertation "laisse planer de lourdes inquiétudes sur les décisions qui seront prises" , indique la CFDT, qui estime que les hypothèses émises du gouvernement sont "inacceptables".L’idée de former une commission de réflexion composée d’élus apparaît "d'autant plus curieuse que la loi prévoit un bilan d'étape présenté au ministre dans le courant de 2003", souligne le syndicat.L'APA "doit rester une allocation universelle", selon la confédération, quijuge que "seul un financement fondé majoritairement sur la CSG peut garantirl'esprit de la loi, le niveau de la prestation et son champ d'application".

Les unions de retraités

Les unions de retraités des cinq centrales syndicales et de la fonction publique "exigent » dans une déclaration commune rendue publique mardi 26 novembre, « une concertation immédiate" avec le gouvernement sur la réforme de l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA).Malgré ses "imperfections et insuffisances", l'APA "a ouvert la possibilité à des centaines de milliers de personnes en perte d'autonomie de trouver des réponses à leurs besoins", ont rappelé les unions confédérales de retraités CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC et les retraités de la Fonction publique (FGR-FP). "Une fois de plus, ce sont les personnes en grande difficulté physique et sociale qui sont sollicitées, alors que 90% des éligibles à l'APA ont des ressources inférieures à 1.050 euros par mois", ont dénoncé les organisations. Elles ont déploré que, "comme sur d'autres dossiers, le gouvernement entend conclure à la hâte le 15 décembre sur l'APA et sans concertation avec les représentants des personnes âgées". Les signataires du texte "exigent une concertation immédiate avec les pouvoirs publics et appellent les retraités, les personnes âgées et leur famille à soutenir leur démarche".



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -