Agevillage

Minima sociaux

De moins en moins d’allocataires ?


Partager :

La France comptait 3,3 millions d'allocataires des minima sociaux au 31 décembre 2001, dont 3 millions en métropole, soit 1,5% de moins que fin 2000 qui avait déjà vu une chute de 3,5% parrapport à l'année précédente, selon une étude de la Direction de la recherche et des études (Drees) du ministère des Affaires sociales publiée jeudi 9 janvier.

Six allocations

Six allocations de base - revenu minimum d'insertion (RMI), allocation de solidarité spécifique (ASS), allocation d'insertion (AI), allocation de parent isolé (API), minimum vieillesse et allocation adultehandicapé (AAH) – sont attribuées à 3,3 millions de bénéficiaires et financent l’existence 6 millions de personnes dont 5,6 millions en métropole.

. Ces chiffres indiquent une diminution de 1,5% du nombre des bénéficiaires par rapport aux prédécentes statistiques de décembre 2000.

L'aide aux migrants en hausse

  • La diminution la plus forte a concerné les bénéficiaires de l'ASS (391.000soit près de 13% du total des allocataires), qui a été de 8% en 2001. Les ASSsont essentiellement versées à des chômeurs de longue ou très longue durée dontle nombre a baissé de 40% en cinq ans, souligne la Drees. Le nombre desallocataires avait déjà baissé de 8,6% en 2000
  • Le nombre des allocataires du RMI (938.459 soit 31% du total) a égalementdiminué de 2,8%. L'étude attribue ce double recul, "en large part", à une"conjoncture plus favorable du marché du travail". La baisse a persisté au 1ersemestre 2002 pour l'ASS mais s'est interrompue pour le RMI, note-t-elle. Les moins de 30 ans qui représentent 20% des Rmistes ont davantage profité de l'embellie sur l'emploi en 2001 puisque leur nombre a diminué de 9,4%, après une chute de 15% en 2000. En revanche les allocataires de plus de 55 ans sont enhausse de 6,5% en 2001.
  • Les allocataires du minimum vieillesse (FSV, 670.000 personnes) ne représentent plus que 22% du total des minima sociaux. Leur nombre a continué de baisser pour des raisons structurelles liées à l'amélioration des carrières des retraités, estime l'étude qui ne précise pas le pourcentage de baisse.
  • En revanche l'allocation d’insertion (AI), qui est réservée aux détenus libérés et personnes en instance de reclassement (réfugiés, demandeurs d'asile...), est en constante augmentation depuis six ans du fait des ouvertures de droit aux immigrants: lenombre des bénéficiaires de l'AI est passé de 15.000 en 1996 à 39.000 en juin2002.
  • Le nombre des allocataires de l'Allocation adulte handicapé (AAH) (710.800 soit 23% du total) a augmenté de 3% en 2001. Depuis 1986 le nombre des personnes handicapées de 35-59 ans a presque doublé (à 60 ans elles sont considérées comme des personnes âgées dépendantes) alors que celui des moins de 35 ans restait stable.
  • Enfin le nombre de parents isolés bénéficiant de l'allocation parent isolé (API) (160.700 soit 5,3% du total) a augmenté de 2,6% en 2001, avec une constante progression depuis 1998 que la Drees attribue à l'augmentation des bénéficiaires célibataires dont le nombre a progressé de 45% entre fin 1997 et fin 2001, alors que les parents séparés, divorcés ou veufs isolés sont en nette diminution.
  • Dans les départements d'outre-mer on comptait, fin 2001, 279.000 allocataires des minima sociaux dont 135.000 pour le RMI qui couvre 22% de la population à La Réunion.


  • mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -