Agevillage

La maladie de Parkinson

Une maladie neurologique


Partager :

La maladie de Parkinson une atteinte neurologique chronique et évolutive qui touche près de 6,3 millions de personnes dans le monde.
En France, près de 130 000 personnes sont atteintes de la maladie de Parkinson. Chaque année, 10 000 personnes supplémentaires sont diagnostiquées comme étant atteintes de cette maladie neurologique.La maladie touche indifféremment les hommes et les femmes. L'âge moyen du diagnostic est de 55 ans. Plus de 70 % des malades ont entre 60 et 80 ans.
La maladie de Parkinson est une maladie du système nerveux dont la cause n'esttoujours pas connue. Elle est caractérisée par la disparition prématurée, lente et progressive, d'un petit nombre de cellules nerveuses qui secrètent un neurotransmetteur appelé dopamine. Cette dopamine est indispensable au bon fonctionnement de nombreuses régions du cerveau et à la survie de ses cellules.

Ou siègent les lésions ?
Les cellules qui produisent de la dopamine meurent dans une petite région du cerveau appelée « substance noire ». Leur disparition réduit la secrétion de dopamine qui devient trop faible. Il en résulte que, sans traitement, les symptômes de l'affection s'aggraveront au fur et à mesure de l'évolution de la maladie.

Quels en sont les symptômes ?
- un tremblement de repos
- une raideur des membres
- une lenteur des mouvements

  • La maladie de Parkinson est caractérisée par un tremblement des membres au repos, une rareté des mouvements au niveau de la face (visage inexpressif) et des membres (akinésie) et une rigidité.
  • Un syndrome dépressif peut parfois être le seul symptôme révélateur d'une authentique maladie de Parkinson.
  • Certaines formes de la maladie ne sont pas "tremblantes". La démarche est typique avec une diminution du ballant des bras, une rigidité du tronc et un piétinement.
  • Diagnostic et traitement

    Le diagnostic de la maladie de Parkinson est, en principe, facile, étant donné les symptômes caractéristiques et la bonne réactivité du traitement. Cependant, 15% des patients environ, peuvent ne pas souffrir de Parkinson tout en présentant un tableau clinique voisin de cette maladie.S'il n'existe aucun traitement curatif à l'heure actuelle, des progrès majeurs ont été faits au cours de ces dernières années dans le traitement et la compréhension du processus à l'origine de la maladie.
    Il a été démontré que le diagnostic précoce, des traitements adaptés et les stratégies de rééducation bénéficiaient aux malades et amélioraient leur qualité de vie.
    Le traitement supprime ou atténue les symptômes, sans arrêter l'évolution de la maladie. Il peut prendre des aspects très différents en fonction de l'âge du patient, du handicap, de ses autres maladies. La thérapeutique devra toujours être progressive et essayer d'éviter les nombreux effets secondaires des anti-parkinsoniens. La L-Dopa (qui se transforme en dopamine dans le cerveau) constitue le traitement de choix. Ce médicament de base peut être complété par l'utilisation d'autres médications. Certaines permettent de rétablir une transmission dopaminergique normale : ce sont les agonistes dopaminergiques qui constituent, en quelque sorte, une forme synthéthique de la dopamine manquant dans le cerveau.Le médecin peut utiliser toute une palette d'adjuvants qui peuvent, soit améliorer l'efficacité de la L-Dopa et ses dérivés, soit supprimer d'autres symptômes comme l'insomnie, l'anxiété, la dépression.
    Avec un traitement bien équilibré, le patient peut poursuivre normalement son activité pendant de longues années, on parle alors de lune de miel, d'autant que les facultés intellectuelles restent intactes (sauf en fin de maladie chez un petit nombre de patients). Pour se maintenir en forme, le malade doit poursuivre une activité physique, sans hésiter à faire du sport. Dans quelques cas, si l'efficacité du traitement est incomplète ou si des troubles de la posture et de la démarche apparaissent, une kinésithérapie active peut être très utile.

    Dans tous les cas, il est essentiel de :

  • maintenir une activité physique (gymnastique, sport, marche),
  • faire appel à la kinésithérapie (maintien de l'autonomie) et à l'orthophonie (maintien d'une bonne communication orale ou écrite).
  • En cas d'impasse thérapeutique, il est possible d'envisager la stimulation cérébrale profonde sous certaines conditions : en savoir plus - Les centres experts en stimulation cérébrale profonde en France.

    Adresses utiles

  • Association France Parkinson
    37 bis, rue La Fontaine - 75016 Paris
    Tél: 01 45 20 22 20 - Fax: 01 40 50 16 44
    Vous pouvez consulter le site de l'association: www.franceparkinson.fr
    Pour être plus proche et aider les familles et les malades, l'association a mis en place des permanences d'écoute. Ces permanences ne sont ni des consultations médicales, ni des réunions mais des lieux de rencontre et d'échange.
  • Groupement Parkinsonien Ile de France
    Centre Nelson Mandela - 82, boulevard Lénine - 95100 Argenteuil
    Tél. 01 47 49 37 42email : jeangbataille@hotmail.com ou batajean@numericable.fr


    Voir aussi
  • Anne FROBERT, docteur en médecine, atteinte de la maladie de Parkinson présente ses dix propositions pour un plan parkinson
  • Congrès 2005 de l'AAN American Academy of Neurology : bilan des dernières publications
  • Publication d'une étude suédoise sur les effets de la nicotine : le tabac diminuerait le risque de maladie de Parkinson
  • Un médicament antiparkinsonien sous haute surveillance


  • mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    carolle

    10/09/2010 17:09

    question


    la maladie de parkinson est elle hereditaire?




    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -