Agevillage

Etude

Les risques de contamination dans les établissements de santé en France


Partager :

C'est surtout chez les anglo-saxons qu'existent des données chiffrées, des études épidémiologiques sur le risque iatrogène.
Ce risque reprend la fréquence des évènements non désirés pour le spatienst etliés aux soins (inter-actions médicamenteuses, maladies nosocomiales....

Etude pilote en Aquitaine

Afin d'étudier les modalités d'une enquête importante en France, une étude pilote a été conduite en Aquitaine.Elle a permis de comparé troi sméthodes d'estimations :

  • méthode rétrospective, à partir des dossiers des patients.
  • méthode transversale, à partir des données analysées un jour donné
  • méthode prospective, anlysant le suivi de patients pendant la durée de l'hospitalisation
  • .Et ce auprè sd'un échantillon de 778 patienst, dans 7 établissemnst de santé publics et privés en médecine, chirurgie et gynécologie-obstétrique.

    Premiers résultats.

    241 évènements iatrogènes graves ont été identifiés selon les trois méthodes, chez 174 patients.
    Environ la moitié des évènements a été jugée inévitable.
    40 à 60 % étaient attendus compte tenu de l'évolution de la maladie ou de l'état du malade.40 % sont survenus avant l'hospitalisation.Des trois méthodes testées, c'est la propsective qui remporte le plus l'adhésion des professionnels : plus efficace, plus reproductible, intégrant des vertus pédagogiques et de sensibilisation.Mais ne sont pas évoqués les coûts de mises en oeuvre (temps de saisie, dossiers...)

    DDRESS site internet : www.sante.gouv.fr/htm/publication.

    Auteurs :Philippe Michel, Jean-Luc Quenon, Anne-Marie de Sarasqueta, Olivier Scemama.Equipe de coordination de l'évaluation clinique et de la qualité (CCECQA Bordeaux)



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -