Agevillage

Les chroniques de Florence Leduc, directrice générale adjointe de l'Unassad

Résister


Partager :

FLORENCE LEDUC est directrice générale adjointe de l'Unassad. Elle est aussi l'auteur de "Guide de l'aide à domicile", Editions Dunod. 2001.

Il va falloir

Depuis sa fondation, jamais encore le secteur de l’aide à domicile n’avait connu autant d’évolutions, au point que l’on peut considérer que le paysage de l’aide et des soins ne sera plus jamais ce qu’il fut ; mais ceux qui auront la charge de mettre en œuvre les conditions de ce passage devront être particulièrement résistants pour que l’avenir s’ouvre dans les valeurs du passé !

  • Il va falloir mettre en chantier, puis en œuvre toutes les dispositions de la loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale, avec son cortège d’outils destinés à mieux prendre en compte les besoins et les droits des usagers des services, et ceux destinés à assurer une organisation efficiente de la réponse collective.
  • Il va falloir mettre en chantier la formation des personnels d’intervention, afin que non seulement le plus grand nombre d’entre eux puisse avoir accès à des parcours de formation qualifiante, mais qu’en outre ils soient prêts à assurer la prise en charge de situations aussi diverses que le handicap, le grand âge, la maladie, les démences, les troubles psychiatriques, la fin de vie…
  • Mais cette formation devra aussi s’adresser aux personnels d’encadrement et administratifs, car il leur incombera d’accompagner le mouvement.
  • Il va falloir encore mettre en cohérence les dispositifs d’aide et de soins pour apporter aux personnes une réponse globale par des services diversifiés ; des outils existent désormais pour assurer la mise en œuvre de ces cohérences : le projet de rénovation du décret de 1981 permettant aux SSIAD de s’inscrire dans une réforme coordonnée en aide et en soins, mais également la « convention collective unique » ou plus précisément l’accord du 29 mars qui apporte l’outil salarial attendu.
  • Libre choix

    Mais pour accompagner tous ces transformants, il va falloir être résistant. Le dictionnaire apporte des définitions éclairantes par son cortège d’adjectifs :

  • Résister à l’effort et à l’usure : c’est être solide et tenace : il va falloir assurer dans le temps.
  • Supporter l’effort et la fatigue : c’est être fort et robuste : il va falloir suivre le chemin sans plier ni ployer.
  • ne pas être détruit ou affaibli par ce qui menace : il va falloir affronter les résistances.
  • défendre ses valeurs, l’intérêt et la légitimité des réformes : il va falloir s’assurer de compétences et de patience pour faire connaître et convaincre.
  • s’opposer à ceux qui ne souhaitent pas aller dans le sens : il va falloir aller jusqu’au contentieux si nécessaire.
  • désobéir à chaque fois que l’intégrité est menacée : il va falloir faire front tant la complexité et la compréhension des textes peuvent laisser libre court à des interprétations ou volontés contraires.
  • Résister tout court, parce que nul autre ne peut nous entraîner là où nous ne souhaitons pas aller.En consultant le dictionnaire pour préparer cette chronique, sur la même page que le mot résister, j’ai trouvé aussi résolu et résigné.C’est une question de libre choix ?



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -