Agevillage

Mutualité sociale agricole et aide sociale

200 millions d'euros pour 5 cibles de population


Partager :

La Mutualité sociale agricole (MSA) consacrera, en 2003, 200 millions d'euros à sa politique sanitaire et sociale, en visant cinq populations-cibles: les personnes pauvres, handicapées et âgées, les jeunes, les petits enfants.

Accompagnement

La Mutualité sociale agricole –la sécurité sociale des agriculteurs – a fait le point jeudi 19 juin sur l’ensemble de la politique sociale qu’elle mène auprès d’une population de 4 millions de personnes assujetties au régime agricole. La présidente de la MSA, Jeannette Gros a indiqué que l’activité d’assurance de la MSA (maladie, famille, vieillesse, accidents) représentait 24,28 milliards d'euros de prestations (chiffres 2001) mais que ce n’était là que "la partie visible de l'iceberg". La MSA a également mis en place une action sanitaire et sociale, "forcément décentralisée", menée par 19.000 salariés, dont 2.000 travailleurs sociaux, rattachés à ses 78 caisses régionales.Qu'il s'agisse de publics très pauvres, handicapés ou âgés, les agents de laMSA poursuivent un double objectif: un accompagnement social individuel pour les sortir de leur isolement et lever les freins à leur insertion sociale, en les sécurisant en matière de santé, logement, mobilité et accès aux droits.Elle organise aussi un accompagnement de groupe, adapté à ces différents publics, pour les informer, les conseiller et améliorer l'image qu’ils ont d'eux-mêmes.Ainsi les plus exclus de l'emploi dont les capacités intellectuelles sont souvent "hypo-exercées", peuvent bénéficier du programme PAC-Actifs qui les aide à redécouvrir leurs ressources et l'estime d'eux-mêmes avant d'entrer dans un projet d'insertion économique.Cette réinsertion effective passera par des réseaux montés en partenariat avec le monde agricole, comme le Relie (réseau des entreprises légumières par l'insertion économique) ou le réseau des Jardins d'insertion de Cocagne.En direction des personnes âgées, la MSA propose un programme Entretemps II qui prépare à la retraite et repère ensuite les signes de fragilité (maladie, veuvage) pour révenir une dégradation ultérieure. Des programmes d'activation cérébrale (PAC Eurêka) permettent aussi de maintenir les facultés intellectuelles et relationnelles de personnes âgées isolées.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -