Agevillage

La nuit, tous les vieux sont gris

La société contre la vieillesse


Partager :

Les personnes âgées constituent presque qu'un quart de la population française. Ils sont rares dans les lieux publics, quasi-absents des médias, disparus du monde du travail.Les démographes les trouvent trop nombreux, les politiques les jugent coûteux et les médecins, relayés par les médias, en dressent un portrait type dominé par les déteriorations et l'Alzheimer.Très bien documenté et argumenté avec beaucoup de finesse et de réflexions, celivre nous amène à réfléchir et à « Penser la place, réelle et symbolique, que notre société réserve aux vieux et dénoncer les idées reçues ayant courssur la vieillesse ».Un livre sur le regard de la société vers « ses vieux » à lire avec beaucoup d'intérêt : Pour lutter contre l'exclusion insidieuse dont les vieux aujourd'hui sont les victimes, comme pour nous éviter, quand viendra notre tour, de vivre nos vingt ou trente dernières années dans la maladie et le rejet.

  • La nuit, tous les vieux sont gris
    Jérôme Pellissier - 360 pages
    Edition Bibliophane - Daniel Radford
    prix : 21 €
    Pour commander ce livre, cliquez ici
  • Aux bons soins d'Alzheimer

    Où l'on découvre que l'on confond la « maladie d'Alzheimer », affection génétique très rare (touchant quelques centaines de familles dans le monde) et la « démence sénile de type Alzheimer », étrange maladie dont on ne connaît ni les causes ni les facteurs de risque ou de protection; que l'on ne peut diagnostiquer que par défaut, à l'aide de tests qui conduisent souvent à juger « déments » des vieux qui ne le sont pas; que l'on ne parvient pas à soigner.Etrange maladie, qui touche surtout les pays développés, les vieux vivant en institution, les vieux de milieux socioculturels défavorisés.Etranges malades, réputés amnésiques et insensés, qui, dès que l'on se donne la peine de les écouter, témoignent d'une étonnante réalité psychique.Que cache cette « maladie d'Alzheimer » dont on ne veut trouver comme responsable qu'un hypothétique gène ? Et s'il s'agissait en partie d'une pathologie de l'angoisse de mort, dans une société qui la refoule, d'une pathologie de l'angoisse du vieillissement, dans une société qui le refuse ?



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -